Une vaste action de prévention en cours dans les écoles nivelloises

NIVELLES Est-ce bien utile, de mener encore des campagnes d'information auprès des jeunes à propos de grands thèmes comme la sexualité, la drogue, la violence ou les discriminations? A une époque où les informations se bousculent, on pourrait croire que les élèves du secondaire sont déjà au courant de pas mal de choses. Et pourtant. Hier au Waux-Hall, n'a-t-on pas entendu une jeune fille suggérer que certains hommes préféraient des relations homosexuelles pour éviter le sida? Non, pas utile, donc, mais vraiment indispensable.

Ils étaient près de 500 à être réunis lundi, pour entendre les réponses de spécialistes aux questions qu'ils ont posées par écrit, lors d'un travail préalable en classe avec différents acteurs du secteur de la prévention. Les séances se poursuivront jusqu'à jeudi après-midi: près de 1.800 élèves de 3e et 4e des écoles secondaires de Nivelles, tous réseaux confondus, auront alors suivi ces débats qui abordent sans tabous les questions sur l'âge des premiers rapports sexuels, les conséquences de la prise de drogue, les maladies sexuellement transmissibles, le bon comportement face au racket, etc.

«C'était très intéressant, expliquent Floreine et Grace, 14 ans. On a parlé de sujets qu'on n'aborde jamais avec les parents.» Et une des deux jeunes filles de préciser: «J'ai appris pas mal de choses aujourd'hui. La pilule, par exemple, moi, je n'y connaissais rien.»

Maxime, 15 ans, lui, a notamment retenu qu'il ne fallait pas hésiter à parler de ses problèmes à des adultes compétents si on voulait avoir une chance de les résoudre. «Un des thèmes qui m'a le plus interpellé est la violence, continue-t-il. Parce que ce sont des actes qui blessent les autres personnes, qui peuvent faire beaucoup de mal.»

© La Dernière Heure 2004