Affaire Tournesol ou non ? Les dernières révélations de Steven Spielberg, qui nous confie vouloir réaliser aussi lui-même le 3e film

INTERVIEW PARIS envoyé spécial en France Frédéric Seront

À ce rythme, on devrait le surnommer Lucky Luke : le réalisateur qui filme plus vite que son ombre ! Trois mois à peine après la sortie de Tintin, Spielberg est déjà de retour avec un nouveau film, Cheval de guerre, attendu le 1er février. Nous l’avons rencontré ainsi hier à Paris pour évoquer son dernier-né, l’histoire d’amitié entre un adolescent et un cheval durant la Première Guerre mondiale. Une interview que nous publierons à la sortie du film. Mais nous en avons aussi profité pour évoquer avec lui la suite de Tintin. Entretien exclusif pour la Belgique !

Il y a quelques semaines, Kathleen Kennedy, votre productrice, annonçait à la surprise générale que la suite de Tintin serait basée sur L’affaire Tournesol, alors que beaucoup misaient sur Les 7 boules de Cristal et Le Temple du Soleil. Pourquoi ce choix ?

“Kathleen a vraiment dit ça ? Peter Jackson et moi nous sommes mis d’accord pour ne pas encore révéler le nom du deuxième film à ce stade. Tout ce que je peux dire, c’est que ce n’est pas vrai à 100 %. Kathleen a peut-être essayé de brouiller les pistes (rires).”

Mais ça pourrait être quand même L’affaire Tournesol ?

“Cela pourrait être ça, en effet… tout comme ça pourrait ne pas l’être (sourire). J’aime beaucoup cet album. Mais je ne peux pas en dire plus. La seule chose que je vous révélerai, c’est qu’il ne s’agira pas de l’adaptation d’un seul album, mais de deux. On est en train de travailler sur le scénario.”

Il est toujours prévu que ce soit Peter Jackson qui réalise ce second opus ?

“Oui. On a fait un marché : je réalisais le premier et lui le second. Dès que Peter aura fini le tournage du Hobbit, il entamera celui de la suite de Tintin. Par contre, j’aimerais réaliser le troisième moi-même. J’ai vraiment envie que ce soit moi. Ça a été une tellement belle expérience.”

Le secret de la Licorne a cartonné partout, sauf aux États-Unis où il réalise des chiffres moyens. Vous n’êtes pas trop déçu ?

“Sa carrière aux USA n’est pas finie. Je pense qu’on terminera outre-Atlantique aux alentours des 100 millions de dollars, ce qui n’est pas si mal. Je ne suis pas déçu, d’autant que le film n’a pas bénéficié de la même campagne marketing en Amérique qu’en Europe. Il n’y avait pas la même attente du public américain pour le découvrir.”

Reste que, proportionnellement, le film a moins bien marché aux USA qu’ailleurs. À quoi l’attribuez-vous ? Au fait que Tintin ne soit pas connu là-bas ?

“Je ne pense pas. Il y a beaucoup de dessins animés qui marchent et qui ne sont pas basés sur des bandes dessinées connues. Je pense plutôt que le public américain est encore assez réticent aux films réalisés totalement en performance capture, à ce côté hybride entre un film avec acteurs et un dessin animé, là où le public européen est plus réceptif.”

Interview > F. S.

Spielberg entretient le mystère sur la suite de Tintin. “Je peux juste dire qu’il s’agira de 2 albums.” reporters