GÉRY DE MAET A TOUJOURS QUELQUE CHOSE À DIRE  ! Des experts mettent en garde contre le diabète qui pourrait devenir bientôt le fléau numéro un de la santé publique. Rien qu’à New York, cette maladie a tué seize personnes chaque jour de l’année écoulée.

L’explication est bien connue et liée à l’obésité, cette autre plaie des temps modernes. Mais toutes ces mises en garde seront-elles suivies d’effets ?

Trop souvent, on se borne à culpabiliser l’obèse en lui demandant de remplacer ses sucreries favorites par cinq fruits et légumes quotidiens. La question ne se pose jamais de savoir pourquoi le phénomène de la malbouffe a explosé au cours des dernières années. Car derrière une addiction au sucre, tout comme à l’alcool ou au tabac, se cache généralement une angoisse, un mal-être, un désœuvrement.

Si tant de jeunes et de moins jeunes sont attirés par les boissons ou les nourritures sucrées, c’est pour compenser un manque.

De travail ? De loisirs ? D’affection ?

Comme disait le docteur Dukan, “ils ont un os dans la gorge et ils mangent pour le faire passer”.

Et tant que l’on n’agit pas sur les causes, il est difficile de modifier les effets. Et sûrement pas en taxant le chocolat ou en interdisant les sodas dans les écoles.