Sébastien Franciset Walhain sortentde la zone rouge

WALHAIN Dans ses rêves les plus fous, jamais Sébastien Francis n'aurait osé penser inscrire deux goals et qui plus est offrant la victoire à Walhain dans le derby face à l'UR Namur. Au décompte final, ces deux roses vaudront peut-être leur pesant d'or dans la course au maintien. Le Wallonia s'est sorti de la zone dangereuse mais tout le monde aux Boscailles est conscient que le plus dur reste à faire.

«Rien n'est fait, c'est vrai mais psychologiquement, notre nouvelle position au classement va nous aider à terminer en beauté ce championnat des plus stressants émotionnellement parlant, lance Sébastien Francis. C'est vrai que mes goals me font plaisir, surtout le premier. Je ne pense pas que j'en mettrai encore un comme ça. Je suis à l'entrée du grand rectangle à la pointe à droite, j'efface un homme et j'enroule ma frappe qui va se loger dans la lucarne. Celle-là, j'ai senti que c'est Grégory (NdlR: De Vuyst) qui l'a poussée. Cette égalisation nous a dopés et nous avons la chance de vite mettre le deuxième.»

Deux buts, Sébastien Francis tenait sa revanche, lui qui fut jeté en janvier par l'UR Namur. Dommage ces incidents qu'il créa en narguant les supports namurois après son second but.

«J'admets que ce n'est pas très intelligent mais je ne pouvais accepter que l'on insulte de la sorte ma famille comme le firent les supporters namurois en première période, indique-t-il. J'ai fait mine de tendre l'oreille mais en aucun cas, c'était pour évacuer ma frustration d'avoir été remercié par le club. Mon but premier était d'aider Walhain à se sauver. Cette victoire n'est pas seulement la mienne mais le fruit de toute l'équipe. Charles (NdlR: Couchie) pour avoir préservé ses filets plus d'une fois mérite tout autant les louanges, comme les autres car on a pu remarquer que lorsque l'on joue tous ensemble, en bloc, on gagne des matches. C'est à ça qu'il faudra penser dans les semaines qui viennent. Il faudra faire preuve d'autant de caractère à Kermt-Hasselt où l'on ne sera pas obligé de gagner mais y parvenir nous aiderait grandement car derrière nous, les autres équipes n'ont pas abdiqué, comme l'a prouvé Couillet contre Tongres.»

© Les Sports 2006