L'ex-député écope

de six mois avec sursis pour détournement

BRUXELLES La 49e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles s'est prononcé dans l'affaire de détournement à charge d'Edgard D'Hose.

Pour rappel, cet ancien député avait été condamné par défaut, le 10 mai dernier, à un an ferme et 60.000 francs d'amende. Edgard D'Hose, 47 ans, radié du barreau de Bruxelles, ex-député socialiste, avant de passer au PRL, avait été reconnu coupable de détournement d'objets mobiliers, saisis entre le 14 novembre 1997 et le 25 mars 1998. L'homme avait fait opposition pour être rejugé.

Mais celui qui avait remplacé Henri Simonet en 1984 - lorsque celui-ci démissionna de son mandat de parlementaire socialiste - n'en est pas à son premier ennui judiciaire. En 1999, il fut condamné par la cour d'appel de Bruxelles à dix mois de prison avec sursis pour délinquance financière.

Hier, Edgar D'Hose a donc été reconnu coupable du détournement des objets qui décoraient un appartement dont il était le locataire. Pour n'avoir pas payé son loyer (85.000 francs; 2.107 € par mois) pendant trois mois, le juge de paix condamna Edgar D'Hose et ordonna la saisie de son mobilier de luxe. Sur les lieux, l'huissier mandaté eut la surprise de constater que l'appartement avait été entièrement vidé: il n'y avait plus rien à saisir!

Devant le tribunal, l'ex-avocat avait justifié sa période noire suite à son divorce et au fait que ses affaires périclitèrent inexorablement... Son avocat, Me Marc Uyttendaele, a aussi estimé que son client fut victime de rivalités au sein du PS lorsqu'il avait succédé à Henri Simonet à la Chambre. Enfin, D'Hose avait un tel train de vie qu'au moment de ses ennuis il n'a plus pu honorer toutes ses créances.

Persuadé qu'Edgard D'Hose a délibérément enlevé ses meubles pour éviter la saisie, le substitut du procureur du Roi avait requis 3 mois avec sursis. Une sanction que le tribunal a décidé de doubler.