L’Américaine a cassé les membres de six bébés, dont des Belges

JUSTICEÉTATS-UNIS Quand ils ont engagé Aubrey Alta Anderson, ce couple de Belges qui travaillaient au Luxembourg n’imaginait certainement pas ce qui allait advenir à leurs deux enfants.

À peine étaient-ils âgés d’une vingtaine de jours, qu’ils durent retourner à l’hôpital, les petits n’arrêtaient pas de pleurer. Les examens étaient clairs : ils avaient les poignets cassés  ! Une seule coupable possible  : cette jeune Américaine présentant bien qu’ils avaient engagé pour douze semaines dans leur résidence de Knokke.

Plainte fut déposée à la police. Mais la nounou, qui avait senti qu’elle serait visée avait déjà filé. Vraisemblablement, elle aurait d’abord été au Luxembourg, avant de revenir à Zaventem en coup de vent, le temps de prendre un avion à destination des États-Unis, relate Le Soir qui a relayé cette info divulguée par le Nieuwsblaad.

Cet avion, elle le prit le 8 juin 2011. Pourquoi donc l’info ne sort-elle que deux ans après les faits  ?

Car la belle a récidivé et a, cette fois, été pincée par la police. À nouveau, elle s’était fait engager comme nounou. À nouveau, elle s’occupait de jumeaux. Et, malheureusement, à nouveau, elle leur fit subir de terribles supplices.

Quatre autres jumeaux, dont ceux de Sarah Tueting, championne olympique de hockey sur glace, allaient faire les frais de sa morbide affection.

Les enquêteurs lui tombèrent finalement dessus et les parents belges firent le déplacement pour relater ce que leurs enfants avaient vécu.

Elle est en détention préventive depuis un an. Sa condamnation vient de tomber. Elle a cinq ans de mise à l’épreuve. Une sanction minime selon les médias américains qui s’indignent de cette décision.

Les quatre jumeaux américains qui furent ses victimes eurent les bras et les jambes cassés. Peut-être que d’autres victimes existent également.

La jeune trentenaire entendait en effet garder des enfants à travers le monde et son profil était très vendeur.

Désormais, elle est interdite de tous contacts avec des mineurs de moins de 14 ans et porte un bracelet électronique. C’est bien peu, effectivement, eut égard à ses crimes.

To.L.