Philippe Courard (PS) veut aider les proches des personnes en situation de dépendance

SOCIAL Un parent âgé, un enfant très malade, un proche lourdement handicapé…

Il n’est pas rare que des familles décident de garder ces personnes dites “en situation de grande dépendance” à la maison; soit par choix, soit parce qu’il n’y a tout simplement plus de places dans des centres d’accueil… Le (gros) problème ? Celui qui s’en occupe, et s’arrête de travailler pour cela, se met généralement dans une situation délicate : perte de revenus, perte de droits sociaux, sortie du marché du travail, etc.

Dans ce contexte, Philippe Courard (PS – secrétaire d’État aux Affaires sociales et aux Personnes handicapées) va présenter ce vendredi au gouvernement un avant-projet de loi “relatif à la reconnaissance de l’aidant proche aidant une personne en situation de grande dépendance”. Le Conseil des ministres devrait déjà l’approuver.

L’idée est simple . Il s’agit de donner un statut juridique aux aidants (les associations actives dans le domaine sont demandeuses). Et, de la sorte, leur ouvrir la porte à toute une série d’aides ou avantages dont ils pourraient bénéficier au cours de la période pendant laquelle ils s’occupent de leur proche.

Exemples : valoriser ce laps de temps dans le calcul de la pension (période assimilée); éviter l’inscription au chômage; avantages fiscaux; maintien de certains droits sociaux; soutien aux employeurs qui acceptent de libérer leurs employés; etc.

La liste est potentiellement longue. Elle n’est toutefois que purement spéculative à ce stade. D’abord, parce que l’objet de l’avant-projet de loi est bien d’accorder un statut juridique aux aidants proches. Ensuite et surtout, parce que le contexte budgétaire actuel ne permettra pas de grandes avancées (sur un plan financier) pour ces personnes. Lesquelles en auraient pourtant bien besoin…

Antoine Clevers