Une nouvelle vie commencepour Steve Darcis depuis la naissance, pendant Roland-Garros, de sa fille Camille

ATPLIÈGE Une nouvelle vie vient de commencer pour Steve Darcis (ATP 110). Le sympathique Liégeois, 29 ans, est en effet devenu papa pour la toute première fois pendant Roland-Garros. Sa petite fille, Camille, est née le mercredi 28 mai dernier. Il a accepté de nous parler de ce grand bonheur et des changements que cela entraînera alors qu’il vient d’apprendre qu’il entrera directement dans le tableau final à Wimbledon suite aux forfaits de Nikolay Davydenko et de Brian Baker.

Steve, qu’est-ce cela fait d’être papa pour la première fois ?

“C’est magique ! Beaucoup de gens m’avaient dit de ne pas rater l’accouchement. Et je ne peux pas leur donner tort. La naissance de Camille restera gravée dans ma mémoire jusqu’au restant de mes jours.”

Avez-vous déjà remercié Michaël Llodra ? En vous battant au premier tour à Roland-Garros, il vous a permis d’être là pour assister à la naissance…

“Je lui ai envoyé un petit message. Je lui ai écrit ‘Heureusement que je t’ai laissé gagner’. Je pensais honnêtement que j’aurais eu plus de temps pour revenir en Belgique, mais si je l’avais battu, j’aurais manqué l’accouchement. Cela aurait été très malheureux.”

Devenir père change la vie, dit-on souvent. Cela va-t-il aussi changer votre carrière de joueur de tennis ?

“Je ne pense pas. J’ai 29 ans et je suis toujours très motivé pour jouer. Le niveau est là et le physique tient aussi pour l’instant. Je veux vraiment continuer à faire le maximum pour revenir au top.”

Vous n’êtes pas le premier papa joueur. Avez-vous déjà discuté avec Roger Federer ou Tommy Haas par exemple ?

“Pas vraiment. Tout le monde est différent. Lauranne et moi avons une idée de la manière dont nous souhaitons gérer les choses. Il va falloir trouver un nouveau rythme, mais je suppose que cela fait partie du quotidien de tous les jeunes parents.”

Comment avez-vous prévu de vous organiser avec Lauranne ?

“Lauranne bénéficie encore de quelques mois de congé, ce qui nous laisse le temps de voir venir. Ensuite, lorsqu’elle recommencera à travailler, nous mettrons Camille chez une gardienne.”

Avez-vous adapté votre calendrier ?

“Oui. Après Wimbledon, je resterai en Europe. J’irai jouer les tournois sur terre battue en Allemagne et aux Pays-Bas. Cela me permettra de rester près de ma petite famille. Je n’irai aux États-Unis que pour disputer l’US Open et peut-être le tournoi de Winston-Salem, la semaine qui précède. De toute manière, le dur extérieur n’est pas ma meilleure surface.”

Camille viendra-t-elle avec vous à Wimbledon ?

“La petite n’est là que depuis 15 jours. Je pense que ce ne serait pas très indiqué. Elle va sagement rester à la maison avec sa maman.”

Vous voyez-vous déjà voyager sur le circuit avec plus de langes que de raquettes ?

“Je vous avoue que je n’y ai pas encore pensé. (sourire) On verra comment les choses évoluent. Je serais évidemment ravi de voir Lauranne et Camille dans les tribunes lorsque je joue, mais ce n’est pas ce qui m’importe le plus. L’essentiel est que Camille grandisse bien.”

Aimeriez-vous, comme d’autres, continuer à jouer jusqu’à ce que Camille soit assez grande pour le réaliser ?

“Non. J’ai 29 ans et mon objectif est de jouer tant que la tête et les jambes tiennent le coup…”