BRUXELLES Comme l’explique ci-contre le pédopsychiatre Jean-Yves Hayez, il faut se montrer prudent en matière d’interprétation des paroles des enfants.

Ce n’est pas parce qu’un enfant prononce le mot zizi ou fesse… qu’il faut tout de suite y voir un signe de danger.

“Tout dépend, j’insiste, de la manière dont les questions sont posées aux enfants”, ajoute le pédopsychiatre recommandant également d’être prudent en matière d’interprétation de dessin d’enfant.

“Un enfant âgé de plus de 6 ans ne représentera généralement plus de parties génitales sur ses dessins. S’il dessine un sexe à un adulte cela peut être considéré comme un indice éventuel. Mais vous ne pouvez pas tout interpréter non plus. Je m’oppose à la thèse de certains selon laquelle un dessin d’enfant avec de la fumée qui sort d’une cheminée représenterait un sexe masculin qui éjacule. Tout ne doit pas être sujet à interprétation”, insiste le pédopsychiatre. “En Belgique, nous utilisons généralement une méthode québécoise qui consiste à apprivoiser l’enfant avant de le faire parler naturellement sans l’orienter”.

N.Ben.