WAVRE

La députée Florence Reuter s’indigne de la situation vécue par certains élèves, qui passent plusieurs heures par jour en bus

HANDICAP En janvier, les parents d’élèves de l’enseignement spécialisé et les directeurs d’école du Brabant wallon où étaient inscrits ces élèves élevaient la voix pour dénoncer les conditions déplorables dans lesquels ces enfants se rendent à l’école, en transport scolaire (La DH du 30 janvier).

Certains passent en effet plusieurs heures dans le bus pour se rendre à l’école. C’est le cas d’Olivier, un enfant domicilié à Mellery, qui met ainsi 2h15 pour rejoindre son école, située à à peine 12 kilomètres de son domicile. C’est aussi le cas d’un autre enfant qui passe 7h25 par jour dans le bus !

Émue par cette situation, la députée Florence Reuter (MR) a interpellé, mardi, le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Écolo).

Réponse de l’intéressé : il faut effectivement prendre des mesures “mais elles ne doivent pas se prendre à la sauvette et il va falloir fixer des priorités, même si nous comprenons tous la situation particulièrement difficile dans laquelle se retrouvent certains enfants”.

Avant de préciser, plus loin : “Il n’y aura pas de solution miracle et, dans le contexte budgétaire beaucoup plus difficile de cette législature, il y aura des choix à faire et, nécéssairement, on ne peut continuer à prétendre contenter tout le monde pour toutes les demandes dans tous les cas de figure”.

Une réponse qui ne sied évidemment pas à Florence Reuter. “Philippe Henry ne répond pas à l’urgence !”, déplore-t-elle. “Il n’est pas normal de laisser des enfants terminer l’année scolaire en passant plus de trois heures dans le bus pour se rendre à l’école. Ce sont des enfants déjà fragilisés. Et si cela représente une minorité d’enfants, comme le souligne le ministre, raison de plus pour agir immédiatement, cela ne doit pas représenter un budget considérable.”

Un décret sur le transport scolaire avait pourtant été approuvé en 2004 mais n’avait jamais été appliqué. Un groupe de travail a été mis sur pied. Aucune solution ne devrait intervenir à court ou moyen terme. Ce que déplore la députée. “On parle d’enfants, d’êtres humains dans une situation inacceptable !”

Yannick Natelhoff