Robert Bourdeaud’Huy prête ses traits au détective belge

ELLEZELLES Agatha Christie répète souvent que son Hercule Poirot a une tête en forme d’œuf. Ce n’est nullement le cas de Robert Bourdeaud’Huy, 78 ans. Cheveux blancs, moustache assortie, il a le visage rondouillard du bon vivant.

C’est pourtant lui qui incarne le personnage de Poirot lors des cortèges et de toutes les manifestations folkloriques d’Ellezelles. Pour cela, il a piqué le costume de mariage de son beau-père, avec veste à queue-de-pie, gilet et chapeau buse. Il s’affuble aussi de fausses moustaches. “Au début, je n’en avais pas besoin. Je m’étais laissé pousser des moustaches frisées, à la Hercule Poirot.”

Le détective et lui ont, quand même, un sérieux point commun : ils mesurent tous les deux 1,60 mètre.

Comment Robert en est-il arrivé à devenir Poirot ? “Je tenais, sur la place d’Ellezelles, un bistrot qui était le lieu de rassemblement des associations folkloriques. Du coup, j’étais devenu un ami de Watkyne, cet homme qui a tout fait pour Ellezelles. Quand il a imaginé cette histoire de Poirot, il m’a demandé de jouer le personnage. Je fais ça depuis trente ans. Maintenant, ça m’arrive encore deux ou trois fois par an. Avant, c’était plus !”

À Ellezelles et ailleurs. “Voici deux semaines, à Tournai, il y avait un rassemblement de 107 confréries. J’ai accompagné, en Poirot, la confrérie des Moinettes d’Ellezelles. La Moinette, c’est une bière. Mais, à une époque, nous avons eu la bière Hercule. Elle n’existe plus.”

L’Hercule Poirot d’Ellezelles participe aussi à des enquêtes : “Le Couvent des Collines accueille beaucoup de séminaires. Il arrive qu’on invite les participants à un grand jeu. Il y a un parcours, guidé par un professeur et par moi-même avec des énigmes et des intrigues…”

Il ne s’est produit qu’une seule fois à l’étranger. “À Paris ! En mars 1995. Nous étions invités pour l’inauguration du Centre Bruxelles-Wallonie, à Beaubourg. Deux autocars sont partis d’Ellezelles. Avec un ami, Guy Van Dorpe, déguisé en Chirac, et moi en Poirot, nous avons dansé sur les Champs-Élysées.”

Les descendants d’Agatha Christie ne se sont guère intéressés à la tradition d’Ellezelles. “Il y a très longtemps, des Anglais nous ont écrit pour nous annoncer leur visite. Mais ils ne sont jamais venus.”

Robert Bourdeaud’Huy est allé à Torquay : “Mais seulement parce que ma fille y faisait un stage de voile. Je fais Hercule Poirot, mais je ne le connais pas trop. Je n’ai jamais été un grand lecteur...”

Robert Bourdeaud’Huy est Hercole Poirot depuis trente ans.

Watkyne est décédé en 1999. C’est à lui qu’Ellezelles doit son Sabbat des Sorcières, son Sentier de l’Étrange et Hercule Poirot.