L’HOMME DE LA SEMAINE mclean Edward Snowden est-il un héros  ? C’est la question que s’est posée cette semaine USA Today, l’un des deux seuls quotidiens nationaux des États-Unis. Plus populaire que The Wall Street Journal, ce titre revenait sur l’affaire qui a agité ce pays et le monde la semaine dernière (voir en page 2 et 3).

Pour lutter “efficacement” contre le terrorisme, les autorités fédérales US collectent de façon systématique les données téléphoniques de millions d’Américains ainsi que leur connexion internet. Ces collectes sur le net s’étendent aussi au reste du monde. Ça les citoyens US le savaient mais n’avaient pas bronché – pas plus que les Européens ou d’autres d’ailleurs.

Edward Snowden a contribué à révéler cet état de fait en lâchant des informations de première main sur le programme de surveillance des communications téléphoniques décidé par le gouvernement US.

Un traître pour la nation  ? Ou un héros pour les citoyens  ?

Edward Snowden, semble-t-il n’a rien à gagner dans cette affaire note le USA Today, dans un article traduit par Le Courrier International. “Et beaucoup à perdre : il a sacrifié une belle carrière et 200.000 dollars de revenus annuels (soit, environ, 12.500 € par mois), sa famille et sa petite amie, pour vivre en cavale, si ce n’est en captivité.”

Selon le quotidien, Edward Snowden a affirmé de façon convaincante n’avoir agi qu’après avoir conclu qu’il fallait faire vite pour stopper un programme signifiant la fin de la vie privée et menaçant la démocratie “dans son existence même”.

Mais “les intentions pures de Snowden et les conséquences heureuses de ses révélations”, comme l’indique USA Today, “n’enlèvent rien au fait qu’il a transgressé la loi et révélé des informations à la fois classées secrètes et d’une grande utilité pour repérer les terroristes”.

Pour les autorités fédérales, impossible de laisser passer cela sans créer de précédent préjudiciable.

C’est donc devant un tribunal US que l’homme de 29 ans devra se défendre et répéter notamment que, tel qu’il l’affirme, il n’a reçu aucune rétribution en échange de ces révélations.

Mais pour cela, il faudra d’abord mettre la main sur lui. Snowden s’est en effet réfugié à Hong-Kong le 20 mai et semble tout aussi décidé à ne pas en bouger que les autorités chinoises à le protéger, elles qui réclament des explications de la part de leurs homologues US.