Soixante-six mois de détention ferme pour 38.000 euros.Et d’autres sursis vont tomber

APPELBRUXELLES La cour d’appel de Bruxelles est restée en deçà des réquisitions de la procureur générale, Eliane Jockmans, qui avait requis 8 ans contre Yassine Bouazza, 37 ans. N’empêche, la peine est quand même de 5 ans et 6 mois. Et pas question de sursis, vu les antécédents du personnage.

Car c’est précisément ce qui a irrité les hauts magistrats, le trentenaire accomplissait une peine de travail, au moment où il a réalisé ce hold-up simulé pour s’emparer de 38.000 euros au CHU Saint-Pierre.

Nous étions le 27 avril 2012. Alors qu’un complice attendait sur sa moto, un homme en blouse blanche a fait mine de braquer une employée du centre hospitalier pour qu’elle le conduise au coffre. Or, celle-ci s’est avérée une ex-maîtresse du principal prévenu. Lequel a été reconnu par ses employeurs du moment.

Car, fin de l’année dernière, après de nombreux mois d’errance dans cette instruction, les images du larcin ont été rendues publiques par les services judiciaires et la DH les avait diffusées en exclusivité, à la stupéfaction des patrons de Bouazza. Leur paisible ouvrier bénévole avait enfilé le déguisement que sa comparse lui avait remis ! Le monde est petit…

Me Benoît Lemal a réussi à freiner les élans vengeurs de la représentante de l’accusation et Me Xavier Carrette a décroché une peine de travail pour la pin-up de l’affaire.

Jean-Pierre De Staercke