Condamné à 18 mois ferme, il a fait opposition

TRIBUNALANHÉE Raphaël, un habitant de Bioul d’une vingtaine d’années, a été condamné par défaut fin janvier à une peine de 18 mois de prison ferme pour avoir, parmi une multiplicité de faits de violence commis entre 2008 et 2011, frappé le bourgmestre de sa commune, Luc Piette (Anhée).

En ayant lu dans la presse qu’il pouvait faire l’objet d’une arrestation immédiate, il s’était présenté au tribunal pour entendre son jugement. Cette arrestation n’avait pas été prononcée et Raphaël a depuis fait opposition à ce jugement. Et a donc pu donner sa version des faits.

Parmi ceux qui lui sont reprochés : on peut notamment citer des coups sur sa compagne de l’époque. “Des disputes, oui. Mais je ne l’ai jamais frappée.” Des coups sur un individu à Bioul ? “J’étais sur la place avec des amis et il a lâché son chien sur nous car il pensait qu’on se moquait d’un handicapé. Je ne l’ai pas touché mais il s’est empoigné avec des jeunes.” Un coup de pelle à un camionneur ? “Son camion bloquait la route. Quand on lui a fait la réflexion, il a voulu frapper mon ami avec la pelle. Je l’ai prise et l’ai jetée dans le talus.”

Des menaces à un individu qui refusait de faire un constat alors qu’il avait eu un accident avec Raphaël ? “Je l’ai empoigné.” Des menaces à son vétérinaire ? “Plutôt du harcèlement. Je voulais récupérer mon argent, mon chat n’a pas survécu malgré les soins qu’il lui a prodigués.”

Avoir menacé son bourgmestre, Luc Piette, et menacé son épouse ? “J’ai menacé son épouse, oui. Mais lui, je l’ai simplement sorti de sa voiture en l’empoignant. Ma route n’avait pas été déneigée.”

Ce qui est en partie à l’origine des sautes d’humeur du prévenu et de son désamour envers les autorités communales est lié à un incendie mortel. La maison de ses parents a été la proie des flammes quelques années auparavant. Les pompiers n’ont pas pu venir à bout du brasier car la bouche d’incendie, gérée par les autorités communales, était défectueuse. Son papa n’avait pu être extrait et est tragiquement décédé.

Après ces explications, Raphaël écopera certainement d’une peine de travail. Jugement le 19 juin.

S. M.