Près de 200 personnes lui ont rendu hommage hier à Bruxelles

BRUXELLES Un peu plus de 200 personnes se sont rassemblées samedi devant le bâtiment de l'Office des étrangers, boulevard Albert II à Bruxelles, en hommage à Sémira Adamu, une demandeuse d'asile nigériane décédée il y a près de dix ans lors de son expulsion par avion vers son pays d'origine.

La jeune femme de 20 ans est morte étouffée par un coussin maintenu sur son visage écrasé sur les genoux d'un gendarme, lors de la sixième tentative d'expulsion.

Pour les associations défendant la cause des sans-papiers et qui organisaient la manifestation de ce samedi, les expulsions violentes se poursuivent, même si la technique du coussin est interdite depuis le décès de Sémira Adamu.

Le cortège des manifestants a quitté vers 15 h le boulevard Albert II et a rejoint peu avant 17 h la place du Luxembourg où un podium avait été installé. Des concerts sont prévus sur la place jusqu'à minuit." En Belgique, les expulsions violentes se poursuivent, la contrainte et les traitements inhumains nous sont fréquemment rapportés. Les personnes entravées sont malmenées déjà dans les fourgons qui les amènent à l'avion. De plus, plusieurs cas récents montrent que les citoyens qui se permettent simplement de manifester leur désapprobation dans l'avion par exemple sont malmenés et accusés, tant par les services de sécurité des compagnies d'avion que les forces de l'ordre", a dénoncé Geneviève Parfait, de la Ligue des droits de l'homme.