tubize À l’issue de la rencontre, dans une ambiance chaleureuse, empreinte de fair-play, Mathieu Verschelden, l’emblématique deuxième ligne des Diables Noirs récupérait des efforts consentis pour tenter d’enrayer les déferlantes offensives incessantes des Anglais, surtout en première armure. Et l’armure des Belges aurait sans doute dû se parer d’un blindage plus épais pour résister à la furia des semi-professionnels : “Dur, dur. D’amateurs, ils n’avaient que le nom et ce fut compliqué. Nus n’étions pas dans le rythme en première mi-temps où ils nous ont dominé en mêlée et dans les lignes arrières. Nous avons mieux su garder le ballon en deuxième période en s’appuyant sur des mauls pénétrants. C’est clair que la différence de niveau est tangible mais il faut relativiser. Nous n’avions, avant les entraînements du week-end, plus touché l’ovale depuis plusieurs semaines et nous n’avions plus les armes pour contrer leur jeu…”

T. W.