Lucas Biglia a donné sa première interview au sujet de son transfert dans la presse italienne

Lucas Biglia est en route pour la Lazio Rome. Après sa victoire avec l’Argentine au Guatemala (0-4, 3 buts de Messi; et lui comme titulaire), Lucas va passer des tests médicaux à Rome. Ensuite, il devrait signer un contrat jusqu’en 2017. Anderlecht empochera 5,5 millions. “Je devais saisir cette opportunité”, a témoigné Biglia dans la presse italienne.

C’est la première fois qu’il parle ouvertement de son transfert. “La Lazio est un club parfait pour moi. Après sept saisons à Anderlecht, il était temps de changer d’air. Au Sporting, j’ai tout gagné. Maintenant, je vais vers une compétition d’un niveau plus élevé. Cela augmente mes chances d’être repris dans la sélection argentine pour le Mondial.”

Cela fait déjà plusieurs années que Biglia essaie de quitter Anderlecht. Les contacts les plus concrets ont été noués avec Galatasaray et la Fiorentina. “La saison passée, le Real Madrid était intéressé, et en janvier, l’Inter songeait à moi. Mais le prix de transfert demandé par Anderlecht était trop élevé. Heureusement, Anderlecht a compris que je veux faire un pas en avant. Je veux absolument gagner des prix avec la Lazio.”

Selon les médias italiens, Biglia va gagner 1,5 million par an. C’est une légère amélioration par rapport à son salaire au Sporting. A en croire Anderlecht, les derniers détails du transfert ne sont pas encore réglés. Mais Biglia, lui, parle comme si la transaction était déjà conclue. “Ma femme va bientôt accoucher d’un fils. C’est super qu’il naisse à Rome.”

Les Italiens lui ont demandé quelles étaient ses qualités. “Je suis un joueur technique qui récupère beaucoup de ballons. Et je suis bon sur phases arrêtées. Je les travaille trois ou quatre heures par semaine à l’entraînement.”

Biglia a également évoqué les problèmes de santé qu’il a eus en janvier. “J’ai eu une dépression et je ne savais plus dormir. Mais je ne voulais pas de médicaments. Maintenant, je suis guéri et prêt pour impressionner la Lazio. J’ai retrouvé le sourire et le calme.”

Yves Taildeman