CHARLEROI Désormais, les joueurs viennent de tous azimuts. Il est vrai que le phénomène s’étend à tous les clubs de football. Jusqu’aux plus grands, qui sont d’ailleurs les plus touchés.

Au Mambourg, il subsiste Samuel Fabris et Kenneth Houdret (dont le prénom fait référence à Kenneth Brylle dont le papa était grand supporter), même si ce dernier est d’origine bruxelloise : “Mes parents sont venus s’installer dans la région de Nivelles. J’en suis à ma troisième année au Sporting de Charleroi.”

On peut évoquer le blé qui lève en découvrant ce grand garçon (1,91 m) de dix-huit ans qui s’installe tout doucement au sein de l’équipe zébrée : “Je reste un médian, mais la concurrence est énorme dans le secteur. Je prends donc mes marques au poste de défenseur latéral gauche où l’entraîneur me fait confiance.”

J.-F. P.