Le Diable Roue souffre d’une fracture du nez, d’une fissure à l’orbite et d’une commotion cérébrale

Vincent Kompany a fait preuve d’un courage hors du commun vendredi soir au Stade Roi Baudouin où il a tenu à demeurer à son poste jusqu’à la fin du match malgré une sérieuse blessure au nez, entre autres. Le porteur du brassard tricolore a d’ailleurs passé la nuit en observation à la Clinique Saint-Martin de Malines.

L’Union Belge a annoncé hier dans un communiqué qu’il a joué avec une fracture du nez avec déplacement, une fissure à l’orbite et une (légère) commotion cérébrale.

“Vincent a quitté l’établissement où il était en obervation samedi matin à 10 heures”, a précisé l’Union Belge.

C’est en première mi-temps à la suite d’une collision avec le gardien serbe Vladimir Stojkovic, que Kompany s’est retrouvé au bord du k.-o sur le sol avec le nez ensanglanté. Après quelques minutes de soins, il a pu reprendre sa place dans l’axe de la défense belge.

“Je ne sais pas très bien ce qui s’est passé”, expliquait-il après la victoire. “Je dois revoir les images pour me faire une idée…”

L’ex-anderlechtois qui a posté une photo de son nez amoché sur tweeter (https ://twitter.com/VincentKompany), n’a pas pour autant oublié de remercier tous les supporters. Et de conclure (en anglais) : “Vous n’imaginez pas ce qu’il faut subir pour jouer chez les Diables !”

“Tous mes joueurs se sont arrachés pour décrocher ce succès à l’image de Vincent qui a fait preuve d’un courage extraordinaire. Cela dit tout de l’état d’esprit de mes garçons”, avait commenté Marc Wilmots après la rencontre.