Le premier Quai des arts se déroulera ce dimanche de 10 h à 13 h

CULTURENAMUR Avec 20 cimaises fixées sous l’encorbellement du boulevard Baron Huart et donc à même le quai entre le pont de Jambes et la pointe du Grognon, le halage peut se transformer en galerie d’art à ciel ouvert. Une initiative communale dans le but de dynamiser encore un peu plus ce site à l’occasion du projet touristique CAP Estival.

Sur une soixantaine de mètres en bord de Meuse, des artistes pourront donc exposer leurs œuvres à l’occasion de Quai des arts. Pour la première édition de ce dimanche (10 h à 13 h), huit artistes ont déjà confirmé leur présence. L’accès sera totalement gratuit pour le public.

Cette initiative ne sera pas un simple coup d’essai puisqu’une 2e édition est déjà programmée le 7 juillet. Date pour laquelle 15 des 20 emplacements ont déjà trouvé preneur.

“Le projet est piloté par l’office du tourisme et la ville met ses quais à disposition des artistes”, expliquent les autorités communales. “Cette exposition gratuite et à ciel ouvert sera un parfait lien sur ce lieu de promenade entre la brocante de Jam bes et la Terrasse située à la pointe du Grognon. L’objectif est vraiment de lancer une dynamique. Après les deux premières éditions, on fera un petit bilan mais on envisage déjà de poursui vre ce projet en septembre. Les artistes intéressés de venir exposer leurs œuvres doivent simplement s’inscrire sur le site internet de l’office du tourisme. L’emplacement, attribué en fonction de l’ordre d’inscription, est totalement gratuit.”

Demain, l’aquarelliste plantoise Jacqueline De Ro exposera quelques œuvres. “C’est une initiative extraordinaire pour Namur”, explique-t-elle. “J’exposerai principalement des aquarelles ayant pour thème Namur ou la vallée mosane. Le public aura un accès facile à l’art sous toutes ses formes, c’est une très bonne chose.”

En effet, il n’y aura pas que des aquarelles. Sculptures, confection de bijoux, dessins au fusain,... Il y en aura pour tous les goûts. En espérant que le soleil vienne illuminer cette initiative même si, grâce à l’encorbellement, qui est une œuvre d’art en soi trop souvent ignorée des Namurois, les artistes seront à l’abri.

B. Ae.