Jules et Jérôme de Warzée, ensemble pour le meilleur et surtout pour le rire

HUMOURBRUXELLES Deux humoristes (un Français et un Belge), deux chroniqueurs radio pour un seul et même spectacle (ce mardi au Bouche à oreille) en deux actes. L’un faisant du stand-up, l’autre des sketches à personnages. Jules, le chroniqueur de la Bel Équipe sur RTL, accouche sur scène avec Bientôt papa ? Quant à Jérôme de Warzée et son célèbre Cactus dans le waterzoi sur VivaCité, il nous fera part de ses meilleurs Morceaux choisis. Bref, deux shows pour le prix d’un avec une intro et conclu commune tout de même. Bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment – “on n’a vu que des bribes l’un de l’autre et surtout on possède deux univers bien différents” –, les deux compères de l’humour adorent se charrier.

“Je lui dis souvent qu’il travaille dans une petite PME, ricane Jérôme de Warzée. Et qu’il n’était pas tendre envers les météorologues.” Jules, rieur, embraye : “Et moi au moins, en stand up, je n’ai pas besoin de boy comme toi, je fais tout tout seul, sans artifices.” Y aurait-il une petite guéguerre cachée entre RTL et RTBF ? “On est en terrain neutre, c’est la Suisse pour nous. On est complètement indépendants.” Et Jérôme de Warzée d’ajouter : “Nous sommes des humoristes free-lance !” (Sourires.) Pour preuve, les deux comiques certifient avoir une liberté totale dans leur pratique de l’humour, parfois noir et cynique. “Jamais on ne m’a recadré, affirme Jérôme. Ni “ne fais plus ça”, “évite d’évoquer cela”, “on t’interdit cela”. “Moi, vu que je fais essentiellement de la news people, je peux y aller à coups de marteau et tout le monde s’en fout !”, s’esclaffe Jules. “Ce sont eux qui communiquent leurs conneries en permanence, donc on peut y aller. Je joue dans leur jeu !”

Aucune limite donc. Si ce n’est de faire rire. “On sait surtout ce qui ne fait pas rire, explique celui qui met son cactus dans le waterzoi. Tout ce qui a attrait aux religions. Pas forcément dans le sens premier du terme. J’englobe le football, par exemple, une espèce de religion pour les gens, ou encore le carnaval et les traditions au sens large. Dès qu’on touche à ce dont les gens sont le plus proches, ça peut vite partir en couille. Ça dépend comment on traite le sujet mais si, en Belgique, tu te moques du Standard, par exemple, t’es clairement catalogué. Et tu peux vite te prendre des coups.”

Jérôme de Warzée poursuit sa réflexion sur l’humour en 2013.

“Il est devenu une industrie. Il faut absolument de l’humour à toutes les sauces aujourd’hui. En télé, radio, cinéma, partout. C’est obligatoire. Sans l’humour, c’est carrément plus crédible. Même les émissions sérieuses se doivent d’avoir leur respiration pour essayer d’alpaguer un maximum de gens. Du coup, il y a de plus en plus d’humour et d’humoristes.”

Danger : trop d’humoristes tueraient l’humour à petit feu ? “Dans mon cas précis, ma plus grande force est ma plus grande faiblesse : je suis belge, constate ce dernier. Une grande force car je ressens moins de concurrence dans un petit pays. Mais dès que je passe la frontière, en France, cette force se transforme en faiblesse.” “Le Français se moque des autres et le Belge d’abord de lui-même, conclut Jules. Mais le plus grand danger reste de ne pas se renouveler ou de ne pas être drôle. Et on en connaît !” (Rires.)

Pierre-Yves Paque

Jules Bientôt papa ? et Jérôme de Warzée Morceaux choisis seront ce mardi 18 juinà 20 h au Bouche à oreille à Bruxelles. Tél. : 02/742.29.21 ou via www.bao.be ou www.fnac.be.