Quand ça bouge d'un côté, ça bloque souvent de l'autre

NIVELLES Quelques nouvelles de l'urbanisme en terre aclote? Allez, une fois n'est pas coutume, on vous épargne l'énième point sur le projet immobilier du 100 rue de Namur. Et on commence par un déblocage, celui du dossier de l'immeuble en construction - depuis longtemps - à l'arrière du magasin Lidl.

Les travaux avaient été stoppés à la demande du fonctionnaire délégué, il y a quelques années. Depuis, le promoteur qui comptait aménager là-bas 15 logements avait, semble-t-il, quelque peu laissé son projet de côté. Mais en recours auprès de la Région wallonne, il vient d'obtenir l'autorisation d'achever les travaux, moyennant le respect de certaines prescriptions.

«C'est une bonne nouvelle, dans la mesure où le bâtiment n'était pas protégé contre les intrusions et qu'il était régulièrement squatté, avec tout ce que cela implique», indique l'échevin de l'Urbanisme, Pierre Huart.

Pour un autre immeuble en construction et posant des problèmes de conformité aux plans de départ et au permis accordé sur cette base, situé près du Shopping, des demandes de modifications ont été introduites. Mais là, le collège va plutôt demander une révision globale afin de trancher sur un projet cohérent.

Du côté de l'impasse de la Grosse Pompe et du projet d'habitations pour pensionnés introduit par la société de logement du Roman Païs, là, ça se complique. Les opposants viennent en effet d'introduire un recours au Conseil d'Etat.

© La Dernière Heure 2004