Le futur plan de déplacement veut mieux protéger la fonction socio-récréative du bois

BRUXELLES La polémique de la fermeture du bois de la Cambre trouvera-t-elle une issue dans le projet présenté la Ville de Bruxelles? Le Collège veut le croire. Il a confié le soin d'une étude au bureau Agora pour dégager de la pression automobile le principal parc urbain de l'agglomération bruxelloise. En réduisant la traversée du bois, le Collège entend offrir, pour la fin de la législature, une meilleure protection des activités socio-récréatives qui y sont pratiquées. Cet espace vert assure actuellement une très importante fonction d'échange, dans la région ainsi qu'avec les communes du sud, explique-t-on au bureau Agora. Il n'est pas question de fermer simplement ce noeud de circulation urbaine. Mais pour remettre en valeur cet élément-phare du patrimoine bruxellois, Agora propose de contenir la circulation motorisée privée. Il s'agira de maintenir le volume de trafic actuel dans le périmètre du bois et des quartiers environnants mais de le modérer en le répartissant autrement.

La proposition d'Agora est de concentrer dans la partie sud du bois la circulation d'un seul côté et de la couper complètement de l'autre (avenue de la Sapinière, carrefour des Attelages). Le projet passe notamment par la mise à double sens de l'avenue du Panorama et du sud de l'avenue de Diane. Pour atténuer l'effet de barrière inévitable que représentent les axes routiers entre les différentes zones boisées mais aussi diminuer la vitesse des voitures, le bureau préconise d'y multiplier les traversées piétonnes et les feux de signalisation.

Le collège s'y attellera d'ici 2006.