Le syndicat libéral, qui désire s'implanter à Mouscron, sort satisfait des élections sociales

DOTTIGNIES C'est l'heure de la rentrée pour la Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB) section... Hainaut occidental. L'occasion pour Roland Foucart, secrétaire permanent, de faire le point sur les dernières élections sociales mais aussi de nous présenter celle qui l'épaulera désormais dans la région, la jeune Mouscronnoise Anne-Claire Deldicque. Un signe que le syndicat libéral désire être encore mieux représenté au sein des entreprises implantées sur notre territoire. "La tradition libérale est plus ancrée ici qu'à Charleroi ou dans le Borinage, qui sont traditionnellement des gros bastions socialistes", note Roland Foucart.

Si la CGSLB est bien ancrée sur le territoire ouest hennuyer, elle désire notamment s'implanter à Mouscron et lorgne sur l'hôpital, où elle n'est pas encore représentée. "Nos deux objectifs pour 2012 sont de garder nos 15 % dans le secteur non-marchand et de nous implanter à Mouscron", souligne Anne-Claire Deldicque. "Le secteur du textile nous intéresse aussi car, malgré la concurrence mondiale, je pense qu'il a encore un avenir certain à Mouscron."

Si on la compare, en terme de voix et de sièges, à la FGTB et à la CSC, le syndicat libéral reste loin derrière les autres avec une représentation qui oscille entre 7 et 10 % mais son avancée dans le secteur non-marchand n'est pas négligeable. "Nous avons conforté notre position là où nous étions déjà présents", note Roland Foucart. "Nous avons même réussi à entrer dans des secteurs pas faciles, je pense notamment à celui des carrières dans la région de Tournai. Nous sommes aussi majoritaires dans quelques boîtes comme Cosucra à Warcoing, la Redoute à Estaimpuis ou encore la savonnerie Vandeputte à Mouscron."

Deux sièges ont été néanmoins perdus, l'un à la CBC et l'autre à la STPC à Tournai. Une perte jugée pas catastrophique pour un syndicat qui estime avoir encore une belle marge de progression.

Cédric Ketelair