Café de Flore. Un film interpellant qui amène à se poser beaucoup de questions

RÉSUMÉ. Au milieu des années 60, une jeune femme possessive découvre que l’enfant auquel elle vient de donner le jour est trisomique. Contre l’avis de son mari, qui la quitte, elle décide de l’élever seule, sans l’aide de personne. Son fils, c’est le grand amour de sa vie. Un amour exclusif, possessif.

50 ans plus tard, un trentenaire qui vient de quitter son épouse pour une compagne plus jeune prend l’avion seul et croise une multitude de trisomiques. Il est sûr d’avoir rencontré la femme de sa vie. Mais son ex ne l’accepte pas.

(((;;

NOTRE AVIS. En apparence, les deux récits n’ont strictement aucun point commun. Si ce n’est un amour fusionnel avec un mari ou un enfant, forcément voué à l’échec à terme. Les deux histoires se syncopent, renvoient l’une à l’autre, mettent en exergue des situations de plus en plus dérangeantes, appuient de plus en plus douloureusement sur la difficulté d’aimer bien, surtout quand c’est à la folie.

Cette thématique, Jean-Marc Vallée la développe avec une esthétique passéiste classieuse assez surprenante, des tons sépia, un montage en forme de boomerang et une volonté très nette de ne pas en donner les clés avant la fin.

Un parti pris intéressant, qui possède malheureusement un effet secondaire non désiré : une certaine forme d’ennui. Difficile, par moments, de rester concentré sur cette double histoire dont on ne devine vraiment pas le lien ni l’intérêt. Et cela, même si Vanessa Paradis, en maman possessive et plutôt agressive, livre une prestation impeccable loin des rôles glamour dans lesquels on l’attend plutôt.

À l’arrivée, chacun doit trouver les explications dans sa propre analyse, son vécu personnel. C’est à la fois intéressant et déconcertant. Cet ouvrage-là s’adresse donc plutôt aux cinéphiles désireux de se casser la tête.

P. L.

Café de Flore

Drame

Réalisé par Jean-Marc Vallée

Avec Vanessa Paradis et Marin Gerrier

Durée 2 h

L’amour est-il éternel ? Et comment faire ne pas étouffer l’être aimé. Des questions qui restent longtemps en tête après la vision.UGC