Wadjda. Une belle surprise venue d’Arabie saoudite

DRAME WADJDA RÉSUMÉ. Extérieurement, rien ne distingue Wadjda des autres gamines de la banlieue de Riyad. Mais en y regardant de plus près, elle porte des Converse et un jeans sous sa tenue traditionnelle. Et même si ses parents sont fort traditionalistes, elle n’écoute les cours religieux que d’une oreille distraite. Jusqu’au jour où elle flashe sur un magnfique vélo vert. Que ses parents lui refusent : en Arabie saoudite, seuls les garçons ont droit à un vélo. Qu’à cela ne tienne, elle décide de participer au concours coranique dont le prix lui permettra de réaliser son rêve.

(((;;

NOTRE AVIS. Sur papier, rien ne donne envie d’aller voir Wadjda. Les mésaventures d’une gamine qui se cogne contre les murs d’une société inégalitaire, faut vraiment être motivé pour aller voir ça au cinéma. Et pourtant, les plus curieux ne regretteront pas leur audace. Ni le prix d’un ticket de cinéma.

Avec beaucoup de subtilité, sans recourir à des situations ou des dialogues hautement symboliques, la réalisatrice Haifaa Al Mansour montre à quel point le traitement réservé aux femmes est choquant mais aussi que rien ne peut réprimer la liberté qu’on a dans sa tête.

Ouverte sur le monde, rebelle et astucieuse, la petite Wadjda se crée ses propres espaces de liberté, de vie, et tente d’utiliser toutes les failles du système pour arriver à ses fins. C’est subtil, intelligent, ensoleillé et même pas ennuyeux, comme on aurait pu le craindre.

Wadjda, c’est une évidence, ne va pas concurrencer les blockbusters américains et ne s’adresse pas aux spectateurs désireux de se divertir. Mais quel beau petit film.

Patrick Laurent

Wadjda

Drame

Réalisé par Haifaa Al Mansour

Avec Waad Mohammed

Durée 1h37

Une œuvre intelligente, sur la rébellion dans une société inégalitaire. alternative