La capacité de traitement a été portée à 27.500 équivalents-habitants

ENVIRONNEMENTBASTOGNE La station d’épuration Bastogne-Rhin modernisée est, à présent, opérationnelle.

Sa mise en service marque la fin de la mise en conformité des stations de plus de 10.000 équivalents-habitants de la zone de l’AIVE.

La capacité de traitement a été relevée de 17.500 à 27.500 équivalents-habitants afin de tenir compte de l’évolution de la démographie, de l’extension des PME, des écoles et du tourisme.

“Cette mise à niveau permet de répondre aux normes européennes en termes de traitement des nitrates et des phosphates”, a précisé Bernard Moinet, président de l’AIVE, lors de l’inauguration. “L’impact important de la charge en pollution de l’agglomération de Bastogne à la source de la Wiltz, quelques kilomètres avant la frontière grand-ducale, a imposé des normes de rejet plus strictes généralement réservées aux ouvrages de plus de 100.000 équivalents-habitants.”

Le pont racleur du nouveau bassin de clarification est le plus grand mis en place en province de Luxembourg par l’AIVE. Fabriqué par la société Vanderzande, il pivote sur l’axe central d’un bassin de 33 mètres de diamètre pour aspirer les boues lesquelles sont redirigées vers le bassin d’aération.

Les travaux de modernisation de la station d’épuration ont débuté en juin 2011. Ils représentent un investissement de 8.100.000 € pris en charge, comme les frais de fonctionnement, par la SPGE (Société publique de gestion de l’eau).

Si l’AIVE maîtrise la gestion des collecteurs et des stations d’épuration, les efforts doivent se poursuivre sur la partie amont du réseau de collecte, à savoir, de l’égout public au raccordement des particuliers à celui-ci. Trop d’eaux claires et pluviales sont encore mélangées avec les eaux usées.

“L’AIVE souhaiterait que la gestion de l’égouttage s’améliore”, a poursuivi Bernard Moinet. “Nous attendons avec impatience la création au niveau de la Région d’un service d’assainissement autonome pour avancer et aider les communes et les citoyens à répondre aux exigences légales.” Un nouveau défi à relever !

Nadia Lallemant