Leila D., l’épouse de Hakim Benladghem abattu le 26 mars sur l’autoroute, est sortie de prison mercredi soir

JUSTICEBRUXELLES La veuve du terroriste de l’A8 est libre.

Laïla D., épouse de Hakim Benladghem abattu par les Unités spéciales le 26 mars dernier sur l’autoroute à hauteur de Meslin-l’Évêque, est sortie mercredi soir de la prison de Berkendael à Forest, où elle était détenue depuis deux mois et demi.

La décision été prise par le juge d’instruction lui-même, par ordonnance de mainlevée du mandat d’arrêt.

Laïla est libérée sans versement d’une caution.

C’est dans l’appartement du couple, à la rue de la Courtoisie à Anderlecht, qu’après la fusillade ayant coûté la vie à son mari, les policiers avaient découvert un véritable arsenal high-tech d’armes de guerre et munitions.

Le juge d’instruction avait placé Laïla D. sous mandat d’arrêt du chef de détention d’armes prohibée. L’avocat Sven Mary confirme la libération “volontairement discrète” de sa cliente. L’avocat souligne l’instruction “rapide” menée par le juge d’instruction. “En fin de parcours, poursuit Me Mary, que reste-t-il des accusations du parquet fédéral contre ma cliente puisque celle-ci est libérée ?”

Et Me Sven Mary enchaîne : “Que le parquet fédéral réfléchisse avant d’étiqueter quelqu’un de terroriste.”

L’axe de défense de Laïla était que la présence d’armes, même en quantité, dans la maison d’un couple n’implique pas que la femme partage les activités de son partenaire.

La libération de Laïla D. est assortie des conditions classiques : lieu de résidence, répondre aux convocations de la police et de la justice, ne pas quitter le pays, s’abstenir de certaines rencontres.

Me Sven Mary ajoute que la veuve de Hakim Benladghem fut incarcérée à Forest “dans des conditions strictes d’isolement, voulues par le parquet fédéral”. Le couple n’a pas d’enfant.

Laïla vivait depuis trois ans avec le Franco-Algérien de 39 ans, parfois décrit comme un “loup solitaire du terrorisme, à la Merah”, que les services de plusieurs pays soupçonnaient d’intentions terroristes.

Laïla D., libre, reste inculpée.

Gilbert Dupont