The Amazing Spider-Man.

RÉSUMÉ. Plus courageux et idéaliste que musclé, Peter Parker se prend raclée sur raclée au collège, au grand désespoir de sa tante May et de son oncle Ben, qui l’ont élevé depuis la mort mystérieuse de ses parents. Mais tout change après avoir remis les documents secrets de son papa à son ancien collègue, le Dr Curtis Connor. Lors de leur rencontre, le trop curieux Peter Parker est mordu par une araignée transgénique. Et se retrouve doté d’une force surhumaine et de capacités plutôt sympas. Cela tombe bien : peu après, un monstrueux lézard géant se met à terroriser la ville.

(((;;

NOTRE AVIS. Après avoir magistralement renouvelé la comédie romantique avec 500 jours ensemble, Marc Webb est amené à relever un défi identique avec un des rares superhéros superpopulaires avant les coups de jeune de Batman et des X-Men. Mais cette fois, sa marge de manœuvre est limitée. Avant de le lancer dans de nouvelles aventures, il faut respecter la mythologie du héros. La première demi-heure du film sent donc terriblement le déjà-vu. Et même si Gwen Stacy remplace Mary-Jane Watson, cela ne renouvelle pas vraiment le récit. Il faut donc attendre l’arrivée du Lézard, mélange improbable de Godzilla et de La Chose (l’homme de pierre des 4 Fantastiques), pour vibrer et enfin partir à l’aventure.

À partir de là, Marc Webb prouve non seulement qu’il maîtrise les effets spéciaux à la perfection (les mouvements de Spider-Man restent toujours réalistes, ce qui n’était pas nécessairement le cas dans les versions précédentes) mais aussi qu’il sait sortir des sentiers battus hollywoodiens pour donner à son héros des failles, des fêlures et des côtés sombres assez intéressants. Ce n’est pas la justice qui motive Spider-Man, mais la vengeance. Ses erreurs, elles, ressemblent à celles des ados amoureux, plus préoccupés par le fun que par les conséquences de leurs actes.

S’il était parvenu, comme Christopher Nolan avec Le chevalier noir, à créer un univers unique et à explorer des facettes totalement inattendues de la personnalité de Spider-Man, Marc Webb aurait réussi son pari. Ce n’est pas tout à fait le cas. Très divertissant, soigné, jeune et rythmé, son Amazing Spider-Man ne révolutionne pas le monde des superhéros. Il le modernise (costumes et décors high-tech) tout en régalant les yeux.

Patrick Laurent

The Amazing Spider-Man

Superhéros

Réalisé par Marc Webb

Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifan, Sally Field, Martin Sheen, Deanis Leary

Durée 2h17

Un bon film mais qui ne révolutionne pas le genre. sony pictures