Il n’y aurait que trois Wiesmann GT en Belgique

CAR-JACKINGLIÈGE “Il faut vraiment être bête pour voler une bagnole pareille” , constatait ce week-end un policier liégeois. “Il n’y en a que trois dans tout le pays et, en plus, elle est bourrée d’électronique. Elle dispose notamment d’une balise GPS permettant de la retrouver…”

Une bagnole pareille ? Une Wiesmann GT de plus de 400 chevaux et coûtant plus de 100.000 euros. La voiture appartient à un sexagénaire hannutois qui s’était rendu, samedi après midi, à une présentation de la nouvelle Mercedes Classe E dans un hôtel de luxe du Mont Saint-Martin à Liège.

Il y était arrivé sur le coup de 16 h 15. Il avait quitté son bolide et engagé la fermeture électronique des portes lorsque deux jeunes lui sont tombés sur le paletot. Ils lui ont arraché le trousseau de clefs avant de se précipiter vers la voiture.

L’un d’entre eux était déjà installé au volant lorsque le sexagénaire, revenu de sa surprise, s’est précipité vers lui. Il s’est introduit dans l’habitacle dans le but de récupérer ses clefs sur le contact mais le voleur ne s’est pas laissé faire. Il a démarré la voiture qui a avancé en traînant le propriétaire sur la chaussée.

Tandis que la voiture roulait, le complice du conducteur rouait de coups le propriétaire agrippé à la portière. Ce dernier a fini par lâcher prise, une cinquantaine de mètres plus loin.

Pendant que la victime du car-jacking recevait des soins à l’hôpital, la police de Liège se mettait à la recherche de la fameuse Wiesmann. Vu le GPS, elle a pu être située aisément. Elle se trouvait à quelques kilomètres de l’endroit où elle avait été volée, dans un quartier de la commune d’Ans.

Vu la violence de l’agression, les policiers sont intervenus en force pour récupérer la voiture. Autour d’elle, lors de l’intervention policière, se trouvaient trois jeunes Ansois âgés d’une vingtaine d’années.

Ils ont été rapidement maîtrisés et embarqués. Ils ont été confrontés aux témoins du car-jacking qui en ont reconnu deux. Quant au troisième larron, il s’agit sans doute du chauffeur de l’Audi qui avait amené les voleurs sur les lieux de l’agression.

Quoi qu’il en soit, ils ont été déférés tous les trois au parquet de Liège ce dimanche matin. L’affaire y a été mise à l’instruction pour vol avec violence.

Ed. F.