Le guetteur

Un polar classique totalement dénué de subtilité et de suspense

Polar

Réalisé par MICHELE PLACIDO

Avec DANIEL AUTEUIL, MATHIEU KASSOVITZ, OLIVIER GOURMET

Durée 1h29

Sur le point de coincer une bande de braqueurs redoutables dont ils ne connaissent pas tous les membres, les hommes du commissaire Mattei se font abattre comme des chiens par un tireur d’élite planqué sur les toits. Bilan : de nombreux morts et… aucun gangster arrêté. La catastrophe. Seul espoir : l’un des malfrats a été blessé. Mais les pressions exercées sur sa femme ne donnent rien. L’impasse semble complète. Jusqu’à ce qu’un complice ne balance, sous couvert d’anonymat, l’adresse du champion de tir, Kaminski. À partir de ce moment-là, le taux de mortalité augmente furieusement au sein de la petite bande. Mais le commissaire Mattei s’en moque éperdument. Seul Kaminski occupe ses pensées. Pour des raisons personnelles qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’enquête.

classique. Trop classique. Ce polar de Michele Placido sent la poussière. Avec ses personnages carrés qui ne respectent que leur code d’honneur, ses ambiances noires, ses répliques qu’on a l’impression d’avoir déjà entendues des milliers de fois et ses comédiens qui restent le plus impassibles possible pour bien montrer qu’ils incarnent des durs à cuire, ce polar ne surprend jamais. Pire, il n’emballe jamais. Par la faute d’un scénario totalement dénué de subtilité et d’une mise en scène d’une lourdeur sidérante. Qui réduit le suspense à néant. Au bout d’une demi-heure à peine, il est impossible de ne pas savoir comment tout cela va se terminer et pourquoi. Faut vraiment être fan de polar pour tenir jusqu’au bout. P. L.

Moi, député

Une caricature balourde de la politique américaine

Comédie. Enfin, il paraît…

Réalisé par JAY ROACH

Avec WILL FERRELL, ZACH GALIFIANAKIS ET DYLAN MCDERMOTT

Durée 1h37

Député véreux plus présent dans les bras des électrices qu’à la chambre des représentants, Cam Brady devrait sans problème décrocher un cinquième mandat grâce à une campagne bien rodée dans laquelle il dit exactement ce que veulent entendre ses électeurs (“travail, famille, Jésus”) même si ces mots n’ont absolument aucun sens pour lui. De plus, son seul opposant, Marty Huggins, fait montre d’une naïveté inouïe. Jusqu’à ce qu’un requin de la politique, payé par de riches industriels désireux d’imposer aux États-Unis le modèle économique chinois, ne lui vienne en aide. Désormais, tous les coups sont permis. Le scandale et la diffamation remplacent tout débat entre les deux candidats prêts à toutes les bassesses pour gagner.

Affligeant. À part les inattendus coups de poing à un bébé et à Huggy le chien de The Artist, rien ne vient apporter la moindre note d’originalité dans cette compilation de gags bien gras lamentablement massacrés par deux stars du rire vautrées dans la caricature nauséabonde. Rien ne nous est épargné, de l’obsédé sexuel qui compare son adversaire à Ben Laden parce qu’il ne s’est jamais soumis au test du détecteur de mensonges à l’opposant qui propose de nettoyer le Parlement à coups de balai “parce que c’est le bordel” en passant par la sex tape politique ou le spot tourné avec le fils de son ennemi. Pour faire rire, il faut surprendre. Ce n’est hélas jamais le cas ici. P. L.

Réalisé par

Avec

Durée www.

Réalisé par

Avec

Durée ww.