Diakostavrianos n'a jamais nié ses activités dans la prostitution

ARLON D'inculpé de la première heure, le voilà devenu témoin. Michaël Diakostavrianos, 37 ans, après 11 mois de détention préventive, a en effet fait l'objet d'un non-lieu. C'est mardi soir que le Grec d'origine allemande a été entendu par la cour d'assises. Notre homme est un pivot de la thèse du réseau.

C'est lui qui a fait se rencontrer Dutroux et Lelièvre. Rien de moins. Quand? Il ne sait plus au juste, en juin ou en juillet 95. Un trou de mémoire qui tombe vraiment mal pour déterminer qui a enlevé Julie et Mélissa le 24 juin 1995. Déjà lors de l'instruction, il déclarait que la rencontre s'est passée «l'été 95». «J'étais en voiture avec Lelièvre. Et en apercevant Dutroux, j'ai dit à Lelièvre: Encore un qui est allé en Slovaquie!»

Diakosta précisait toutefois qu'il s'était lié avec Lelièvre en avril 95 et avait effectué avec lui début juillet un voyage en Tchéquie, mais qu'en juin, les deux hommes ne se connaissaient pas encore.

Plus catégorique est-il quand il déclare à la cour avoir rencontré Dutroux en février 94. «Je lui ai parlé de mes voyages en Slovaquie. On y a été ensemble pour la première fois au printemps 94. Le but du voyage était d'aller voir ma copine Emilia. Lui y fit connaissance du père d'Emilia qui est revenu avec lui pour faire les travaux dans sa maison de Marcinelle.»

Le but de ces nombreux voyages avec Dutroux ou Lelièvre? «Aller voir les filles.» Une certitude cependant: Diakosta a toujours reconnu sa participation, en 94, à un trafic de prostituées dont certaines étaient mineures d'âge entre la Tchéquie et la Belgique, et plus précisément un bar de Montignies-sur-Sambre: la Taverne du dépôt. Et, coïncidence troublante, un autre trafic de filles de Tchéquie a été démantelé dans un bar de Gembloux que fréquentaient Nihoul et Weinstein en 93. Selon Lelièvre, le but de ces voyages était en 96 de ramener des filles pour Nihoul.

Et ce n'est pas tout: de forts soupçons de pédophilie ont pesé sur Diakosta: Jessica S., Marjorie W. et Angélique B. ont déclaré qu'il les avait suivies et interpellées en 91, alors qu'elles avaient entre 12 et 13 ans. Enfin, deux témoins affirment avoir vu Diakostavrianos en compagnie de Julie et Mélissa. Pour Andrée L., cela se passe le 19 août 95 sur la plage de Blankenberge. Pour Bernadette C., c'était à Couillet le 20 septembre 95. A la décharge de Diakostavrianos, sa fiancée Emilia confirmera sa présence à la première de ces dates à ses côtés.

de détention préventive, il a fait l'objet d'un non-lieu dans le dossier jugé actuellement.

(BELGA)

© La Dernière Heure 2004