1Ancien militaire A 29 ans, Edward Snowden n’apparaît pas du tout comme ayant le profil type des employés recrutés par le renseignement américain. Le vivier de la NSA est bien diversifié, notamment dans l’armée, mais ce sont surtout des techniciens très qualifiés. Snowden n’a aucun diplôme. Il annonce avoir voulu intégrer les forces spéciales.

2Consultant et technicien Lui se présente comme un espion “durant toute sa vie d’adulte”. Pourtant Snowden, s’il est bien lié à la NSA, ne l’est que via des firmes auxquelles cette agence du renseignement électronique sous-traite certaines tâches. À ce titre, l’homme a notamment travaillé durant quatre ans pour Dell et Booz Allen Hamilton, en qualité d’administrateur système.

3Agent double ? Ce whistleblower, dénonciateur, comme les appellent ces sources les médias anglophones, est aussi souvent pressenti comme un agent retourné par les services secrets chinois. Certainement au vu du moment choisi pour dénoncer les pratiques de la NSA, alors que chinois et américains doivent entamer des discussions à ce sujet.

4Idéaliste ? À l’inverse, la démarche du jeune homme peut également s’apparenter à une volonté de dénoncer un système dont il ne partage pas les valeurs. À l’image d’un Manning – lié à Wikileaks. Quoique des différences subsistent (lire page de droite).

5Bien établi Curieusement, Edward Snowden menait un train de vie plus qu’honorable avant de se compromettre. Informaticien doué malgré son manque de formation apparent, il vivait à Hawaï, gagnait quelque 200.000 dollars par an et était en couple avec une jeune danseuse de charme. Cette situation cadre aussi bien avec un profil d’idéaliste… que d’agent double.

6Dangereux ? À voir la réaction des renseignements américains, Edward Snowden est à la fois un dangereux traître, et un menteur étrangement crédible. En effet, selon le général Keith Alexander, directeur de l’Agence nationale de sécurité (NSA), Snowden a gravement endommagé la capacité des USA à se prémunir contre des attaques. D’autre part, les autorités américaines ont du mal à croire qu’il ait réellement pu avoir accès aux informations qu’il dit détenir.