Le Costa Rica veut être un exemple en matière d’environnement. Nous avons rencontré sa présidente. Interview exclusive

ÉCOLOGIE ET POLITIQUE COSTA RICA Au Costa Rica tous les paysages semblent verts. Même les troncs des arbres ont pris cette couleur, la faute à une humidité et une chaleur chroniques qui font pousser de la mousse sur presque toutes les écorces. Mais le vert ne se limite pas à la nature. Le gouvernement entend l’étendre à tout le pays.

Nous en avons discuté en exclusivité avec la Présidente du Costa Rica, Laura Chinchilla.

Sur l’Environnement, sur le commerce équitable, sur le réchauffement climatique, cette quinquagénaire dynamique et libérale répond sans tabou et, pour tout dire, plutôt fière de son pays.

Qu’est-ce qui fait la spécificité du Costa Rica ?

“D’un point de vue économique, nous ne sommes qu’un petit marché. Mais nous avons su grandir sur deux valeurs importantes : la responsabilité sociale et la protection de l’environnement. Grâce à ces valeurs, nous nous sommes différenciés de nos voisins et de nos concurrents.”

Qu’entendez-vous par responsabilité sociale ?

“De longue date, l’éducation est obligatoire et gratuite dans notre pays. De même, il existe un accès universel aux soins de santé, tout le monde y a droit. Dans le domaine économique, les grandes entreprises mettent souvent en place des aides sociales innovantes, avec des aides matérielles importantes aux travailleurs, comme cela peut se voir dans le secteur bananier. Toutes ces avancées sont rares dans la région. Cela marque notre différence.”

D’un point de vue écologique, où en êtes-vous ?

“Nous souhaitons devenir l’un des premiers pays Carbon neutral (neutre en émissions de carbone) au monde. Nous en sommes fiers. Nous sommes aussi ambitieux. En 2021, nous espérons ainsi dépenser moins de gaz de carbone que nous en créerons (une résolution également prise en 2008 par l’Islande, la Norvège et la Nouvelle-Zélande, NDLR). Actuellement, 90 % de notre énergie provient déjà d’énergies renouvelables, principalement hydrauliques. D’ici 5 ans, nous espérons atteindre les 100 % dans le domaine, notamment en encourageant la croissance de l’éolien et du solaire.”

Quels sont les défis qui vous attendent sur cette voie ?

“Le principal est sans aucun doute le transport, et plus encore, le transport privé. Ensuite, il faut continuer à encourager chaque entreprise à devenir Carbon neutral. Pour l’instant, nous sommes sur la bonne voie, beaucoup de grandes entreprises ont déjà effectué un pas en ce sens.”

Quels retours en attendez-vous ?

“Le bénéfice en matière écologique est évident. Le monde ne peut pas continuer à produire autant de gaz à effets de serre qu’il ne le fait actuellement. Nous souhaitons prôner le changement par l’exemple. À Doha, nous avons livré à tous les convives du café Carbon neutral. À terme, peut-être, un label Carbon neutral sera créé. Nous l’espérons.”

Interview > Thomas Leroy

Laura Chinchilla, la Présidente, envisage que le Costa Rica devienne l’un des premiers pays Carbon neutral au monde.reporters