GREZ-DOICEAU

Les autorités optent pour amener les écoliers aux gares

MOBILITÉ C’est au terme d’un référendum que les autorités ont choisi la politique à mener avec l’avenir du Proxibus. Depuis son lancement le 4 mai 2009, ce service de proximité en partenariat avec le TEC Brabant Wallon est un cuisant échec.

Les utilisateurs se résument à la plus simple expression malgré les efforts consentis par les autorités pour faire connaître le service et inciter les habitants à prendre ce bus. Les parcours spécifiques proposés aux utilisateurs permettent pourtant aux différents villages de l’entité d’avoir un lien avec Grez centre.

échevin de la mobilité, Pascal Tollet confirme les résultats et surtout, les décisions prisent pour lancer enfin un réel service aux citoyens. “Nous devons constater que certaines lignes ne fonctionnent pas et devront supprimer plusieurs parcours, avoue-t-il. Mais celui qui amène les habitants au marché du vendredi sera maintenu.”

Pour le reste, la commune veut tenir des remarques faites lors des rencontres citoyennes et de l’enquête. “L’intermodalité est l’option choisie et, donc, les adultes et enfants seront véhiculés vers les gares de Pécrot et Archennes le matin pour se rendre au travail ou à l’école, et le soir, pour rentrer chez eux !”

Les derniers comptages semblent conforter les autorités dans ce choix. Si bien qu’elles n’envisagent pas un échec de cette alternative. Pour rappel, environ 480 réponses sont arrivées à la commune à la suite du référendum et les discussions menées avec les tec poussent à la confiance.

De plus, l’axe Grez-Doiceau/Néthen semble être la dorsale souhaitée par les Gréziens. Plus d’excuses pour les différentes personnes qui ont insisté pour cette formule qui a dû être mise en place en sachant qu’un seul bus est disponible et ne peut être aux quatre coins de la commune en même temps.

Saul