Le livre-hommage au héros de Jean d'Osta

BRUXELLES Au même titre que l'incontournable Madame Chapeau (`Ma je ne m'appelle pas Madame Chapeau, ça est les crapuleux de ma strotje qui m'appellent comme ça´, Jef Kazak est entré au panthéon des personnages illustres de la littérature bruxelloise. Et ils sont rares.

Comme le dit Georges Lebouc spécialiste de ladite littérature et auteur de livres fort drolatiques à ce sujet , dans l'introduction à l'ouvrage, Jean d'Osta a créé en Jef Kazak un héros mythique qui l'a parfois fait passer au second plan. `Bien des lecteurs confondent l'auteur et son héros au point de croire que Jef Kazak a réellement existé.´

Les éditions Racine viennent de faire paraître une compilation inédite d'écrits de Jean d'Osta, les Mémoires de Jef Kazak, alors que 2003 commémorera le 10e anniversaire de la disparition de l'auteur.

Jean d'Osta, les anciens s'en souviennent, s'illustra jusqu'en 1975, pendant trente ans, chaque jour en première page du journal Le Peuple en se fendant d'un billet humoristique intitulé fort à propos Les pieds dans le plat . L'une des rubriques les plus lues du journal défunt. Mais il était aussi un grand auteur

Qui était alors son Jef Kazak? Ce façadeklacher (peintre en bâtiments) à ses heures sera mieux défini par son curriculum vitae. Kazak Jef, né à Molenbeek le 31-2-1904 (!), rue Vanderstichelen 23bis, abonné au gaz, usager du tram, vacciné trois fois, casier judiciaire presque vierge, diplôme de 5e primaire, époux de Joséphine Tandvlies. Profession: van alles en betje .

Au travers de cet ouvrage posthume, le lecteur suivra notre héros, brusseleir à 100% et parlant comme un vrai zinneke, chômeur professionnel et pour le moins alcoolique Allei, disez juste assoiffé dans ses pérégrinations terrestres et ses réflexions philosophiques. A propos de la boisson justement, ses proverbes et adages pleins de bon sens resteront à jamais dans l'histoire: `A chaque jour suffit sa pinte.´ `Rien ne sert de courir, ça donne encore plus soif´ . Aussi le `ne remettez jamais à demain le verre que tu sais boire aujourd'hui´ ou encore `Méfiez-vous de l'eau qui dort comme de toutes les eaux du reste´ sans omettre le fameux `boire pour oublier mais pas oublier de boire.´

Au travers de ses mémoires, on découvre un Jef prof des belles manières et de l'usage, très particulier, en vigueur à la Cour. Jef se retrouve, au travers de sketches hilarants, devant le tribunal, à la prison, à la poste ou en pèlerinage à Beauraing. Excellent.

Mémoires de Jef Kazak, aux éditions Racine, 152 pages, prix 19,95 €.

© La Dernière Heure 2002