Le Liégeois se voit mal être sévèrevu qu’il ne sera pas souvent présent...

Steve Darcis, comment avez-vous vécu votre première fête des pères ?

“Je dois reconnaître que cela m’a fait drôle de recevoir de nombreux messages de la part de mes proches alors que la petite n’était là que depuis une semaine. Et je me réjouis qu’elle puisse me la souhaiter de vive voix dans quelques années.”

Quel genre de papa allez-vous être ?

“Je l’ignore. J’ai dit à plusieurs reprises pendant la grossesse que je serais sans doute un papa gâteau, car je me vois mal être sévère avec elle au début alors que je ne serai pas souvent présent. En fait, je ne sais pas. Je ferai en tout cas le maximum pour être aux petits soins et aider ma compagne.”

Est-ce vous qui vous levez en premier lieu la nuit ?

“C’est Lauranne, vu qu’elle l’allaite. Mais je suis très attentif également. Je dors beaucoup moins qu’avant…” (sourire)

Avez-vous déjà fait un cadeau à Camille ? Lui avez-vous ramené quelque chose de Roland-Garros ?

“En Australie, je lui avais acheté deux ou trois petits vêtements. Nous avons déjà été tellement gâtés que je n’ai pas dû faire grand-chose...”

L’arrivée de Camille est-elle susceptible de décupler votre motivation sur le circuit ?

“C’est possible. Je vous avoue que je ne sais pas comment je réagirai lorsque je serai loin de mes deux femmes. Heureusement, avec les moyens de communication moderne, style Skype, je pourrai facilement rester en contact.”

Dans un monde idéal, combien d’enfants souhaiteriez-vous avoir ?

“Nous n’y avons pas encore réfléchi. Maintenant, je crois que le rêve de tous les parents est d’avoir une fille et un garçon. On verra…” (sourire)