ENGHIEN

Enghien veut promouvoir le tennis en fauteuil roulant

SPORT Ce n’est pas un hasard si le TC Enghien a reçu l’organisation de la finale du critérium du tennis en fauteuil roulant qui a eu lieu ce samedi au Nautisport. Tout d’abord le club dispose désormais des infrastructures nécessaires pour accueillir une telle manifestation.

Ensuite, parce que Laurence Ladrière et son équipe se sont investies dans la promotion du tennis en fauteuil roulant. En 2002, un membre du comité s’est malheureusement retrouvé en chaise roulante. Le club a alors décidé de tenter de mettre au maximum ses infrastructures en adéquation avec l’accueil de la personne handicapée.

Lors de l’inauguration des nouvelles installations, le club a organisé une rencontre d’exhibition entre sportifs en fauteuil roulant.

En avril 2010 , le TC Enghien a vu l’arrivée de plusieurs athlètes venus s’affilier dans la catégorie. “Désormais, nous disposons d’une dizaine de sportifs”, explique la présidente du TCE, Laurence Ladrière. “Nous leur mettons des terrains à disposition ainsi qu’un moniteur.” Mais l’engagement d’Enghien ne se limite pas là.

Le TCE pourrait accueillir le cercle francophone du tennis en fauteuil roulant. Un projet qui tient fort à cœur à Jean Dauge, organisateur du Ath Open. “Nous devons centraliser nos forces pour promouvoir ce sport. C’est dans le Hainaut que le dynamisme est le plus important dans cette discipline. Mais il est extrêmement difficile de sortir des structures actuelles. Mais nous devons prendre le taureau par les cornes. À Ath, nous avons déjà le Ath Open. Ce serait bien qu’Enghien accueille ce centre.”

Laurence Ladrière a déjà commencé un travail de fond en allant vers les plus jeunes et pour mettre en avant ce sport. “Pour certains, l’étape la plus difficile, c’est de se mettre dans un fauteuil. Nous voulons démontrer que malgré un handicap il y a moyen de faire un sport de haut niveau. Mais pour cela, le jeune a besoin d’aide. L’achat d’un fauteuil par exemple avoisine les 2.000€.”

T.VdB.

Laurence Ladrière a déjà commencé un travail de fond en allant vers les plus jeunes.