Steven Spielberg et George Lucas prédisent l’implosion de l’industrie du 7e art

CINÉMAHOLLYWOOD Le cinéma en tant que divertissement de masse abordable à un prix (relativement) démocratique touche-t-il tout doucement à sa fin ? Dans l’esprit de Steven Spielberg et de George Lucas, deux des personnalités les plus influentes d’Hollywood, cela ne fait malheureusement pas le moindre doute. Lors d’une conférence à l’USC School of Cinematic Arts, les deux amis ont joué les oiseaux de mauvais augure en prédisant “ l’implosion ” de l’industrie cinématographique et l’envol des prix des tickets de cinéma.

Après avoir annoncé que “Lincoln avait été à deux doigts de sortir directement sur HBO” et estimé qu’à l’avenir les studios préféreront miser 250 millions de dollars sur un seul projet plutôt que sur sept créations plus audacieuses, Steven Spielberg a analysé la situation avec un pessimisme certain. “Les idées de certains jeunes réalisateurs sont trop radicales pour les films. Cela représente un grand danger, et cela va finalement déboucher sur une implosion ou un gros effondrement. Lorsque trois, quatre ou peut-être même une demi-douzaine de productions à mégabudget vont se crasher, il y aura une implosion. Et cela va complètement changer notre modèle économique.”

Avec des conséquences directes, selon lui, pour les spectateurs désireux de profiter du spectacle sur écran géant en 3 D. “Vous allez devoir payer 25 dollars pour le prochain Iron Man, alors que vous ne devrez probablement débourser que 7 dollars pour voir Lincoln.”

Point de vue totalement partagé par le réalisateur de La guerre des étoiles, George Lucas.

“Le chemin vers les sorties en salles est de plus en plus étroit. Je pense que les œuvres comme Lincoln vont disparaître des salles pour être présentées directement à la télévision. Le business traditionnel, qui incluait la télé et les films, va muer vers la télé sur Internet. La grande question sera : Voulez-vous que les spectateurs voient votre film ou voulez-vous qu’ils le voient sur un grand écran ?”

À ses yeux, le 7e art va suivre l’évolution du théâtre. “Il y aura de moins en moins de cinémas, mais de plus grandes salles, où l’on montrera de jolies choses. Un ticket de cinéma coûtera 50, 100 ou 150 dollars. Comme pour aller voir un spectacle à Broadway ou un match de football aujourd’hui. Ce sera très cher… Les films resteront un an dans les salles, comme les shows de Broadway. Voilà ce que sera le business du cinéma.”

Effrayant, non ?

P. L.