Une reconnaissance de la Communauté pour le Tour Sainte-Gertrude, si cher aux Aclots

NIVELLES Mercredi à Mons, une cérémonie officielle proclamait une série de chefs-d'oeuvre du patrimoine immatériel de la Communauté française. Parmi eux, le carnaval de Binche qui a été reconnu il y a peu par l'Unesco, le fameux carnaval de Malmedy, plusieurs marches, des groupes aussi célèbres que les Echasseurs namurois, mais aussi le Tour Sainte-Gertrude, la plus populaire des manifestations folkloriques nivelloises. Remontant au XIIIe, il en sera d'ailleurs, le dimanche 3 octobre, à sa 728e édition!

Chaque année, ils sont plusieurs milliers de Nivellois mais aussi de pèlerins venus d'Allemagne ou de France, à suivre dès l'aube le char processionnel sur lequel la châsse de sainte Gertrude est hissée. Une partie de la matinée est alors consacrée à un tour de la ville d'environ 14 km, au tracé pratiquement immuable, qui tient autant de la promenade en famille et entre amis que de la procession religieuse.

Parce que l'esprit du Tour, c'est avant tout la convivialité et le fait que toute une ville se retrouve ensemble et en marche, une fois par an. L'après-midi, la rentrée solennelle met en scène des groupes historiques et religieux, et fait elle aussi vivre quelques traditions solidement ancrées. Comme ces garçonnets costumés en anges, qui rentrent en ville sur les chevaux de trait du char. Pour voir sa progéniture remplir ce rôle extrêmement envié, il faut réserver avant la naissance!

«Pour nous, cette reconnaissance de la Communauté française, à laquelle on ne s'attendait pas, est une belle récompense, explique Michel Kodeck, le président du comité du Tour Sainte-Gertrude. On espère aussi que c'est le gage d'un bel avenir, parce qu'elle peut donner un renom à une manifestation qui reste encore relativement fermée. Bien que nous entretenions des rapports avec des groupes étrangers Puis nous avons aussi rencontré ce matin à Mons des groupes wallons médiévaux, qui pourraient contribuer à réaliser nos projets.»

La reconnaissance par la Communauté permettra aussi de décrocher quelques subsides complémentaires pour l'organisation. Le comité n'a de toute façon pas attendu cela pour faire évoluer la manifestation, avec le renouvellement des costumes et l'introduction de groupes nouveaux, la commande d'un nouveau reliquaire pour 2006, l'ouverture prochaine d'un site Internet

«Il faut garder l'esprit, mais si on n'évolue pas, dans 50 ans, on disparaît», explique Michel Kodeck.

© La Dernière Heure 2004