CHARLEROI

Nouvelle édition remise à jour pour ce Petit Futé Wallonie

OUVRAGE Il s’agit de faire du tourisme une activité, un passe-temps, un amusement et une découverte proches : c’est le but de cette édition 2011-2012 du Petit Futé Wallonie, telle qu’elle a été présentée hier en présence de Paul Furlan.

En tant que ministre du Tourisme, il a soutenu le projet et il est venu en parler en rappelant le poids du tourisme : 60.000 emplois non délocalisables, cela pèse, comme les millions de visites et les nuitées que connaît la Wallonie, en raison de multiples attraits qui sont les siens.

Sa situation géographique, par exemple. À côté de quoi on ne peut pas nier un déficit d’image qui fait que ses qualités sont trop peu connues encore. Paul Furlan ne l’a pas nié en rappelant les efforts entrepris pour y remédier : printemps du tourisme l’an dernier et, en lancement, l’opération Villes wallonnes, villes de cœur, pour les cinq grandes villes wallonnes, le tout destiné à faire connaître la Wallonie bien au-delà de ses frontières.

Concepteur du Petit Futé, Philippe Wyvekens en a détaillé les différents aspects : les “immanquables”, les “plus”, ce que la Wallonie apporte par sa nature, son histoire, son économie, ses traditions, son potentiel architectural, ses “enfants du pays” et tout ce qui compose sa vie culturelle et folklorique. Chaque région y est détaillée sous ces différentes entrées et chaque sous-région avec ce qui peut attirer le chaland, qu’il s’agisse, notamment, de patrimoine ou de gastronomie.

On l’avoue : certains choix sont subjectifs. On peut par exemple regretter que le musée de la Photo ne soit pas considéré comme un “immanquable”

Pour ceux qui craindraient de s’y perdre, un index particulièrement fourni renvoie aux bonnes pages, et des cartes aux bons endroits. Petit Futé Wallonie 2011-2012, en vente en librairie

P.MK.

Le Petit Futé veut faire du tourisme une activité, un passe-temps, un amusement et une découverte.