Sa condamnation à cinq ans secs est cassée !

CASSATION Claude Drieghe a un très bon avocat et il peut le féliciter. Sa condamnation à 5 ans de détention effective est en effet annulée par la Cour de cass’.

Me Laurent Kennes avait trouvé une faille juridique que même le procureur général n’avait pas relevée. Le vieux pédophile est donc d’autant plus libre qu’il avait échappé à son arrestation immédiate après sa déroute en appel.

À 66 ans, ce démon des réseaux pédophiles n’a pratiquement jamais purgé de détention. En 1987 déjà, Drieghe avait fui en Thaïlande pour échapper au procès du réseau tentaculaire de pédophilie Cries (Centre de recherche et d’information sur l’enfance et la sexualité), au terme duquel il avait écopé de 10 ans par défaut.

Récidiviste à ce moment-là déjà, il n’a jamais accompli cette peine et quand il a été expulsé de Bangkok, en 2002, elle était prescrite. Mais, de retour en Belgique, il a été rattrapé pour la gestion de cabarets en Thaïlande où des touristes pédophiles venaient violer des enfants jetés dans la prostitution. Car, en 2001, une perquisition chez un certain Delanghe – décédé depuis – avait permis la saisie d’une masse d’images pédopornographiques particulièrement odieuses, ainsi que des lettres du dénommé Michel Rosoor.

Ce dernier parlait d’un certain “Claude “ayant “consommé du Thaïlandais”. Un document indiquait aussi : “Claude… Cries… condamné 10 ans”. Le scandale du Cries avait éclaté en 1986. Des pédophiles vendaient des catalogues d’enfants désœuvrés, réalisés notamment par un employé de l’Unicef à Bruxelles.

Pendant cette instruction, un prof de Louvain-la-Neuve s’était suicidé. En 2004, il est apparu que Drieghe avait en effet échappé au procès du Cries en se “planquant” à Pattaya, chez Rosoor qui exploitait la prostitution de mineurs. Le sexagénaire a toujours dit être étranger à ces “lupanars”. Il court toujours.

Jean-Pierre De Staercke

Laurent Kennes, son avocat, a trouvé une faille juridique que le procureur général n’avait pas relevée.cardon