Course effrénée sur des véritables chars à roue, très grand succès pour cette 17e édition

BRUXELLES Harnachés sur leurs véhicules fous tels des gladiateurs d'un autre temps, les jeunes sportifs d'un jour - et d'une nuit - n'ont eu de cesse de pédaler durant ces 24 heures de folie. Aménagé en maisons de pain d'épices ou en simple cendrillon, l'ultime objectif des quelque 8.000 participants était bien de terminer la nuit et d'arriver au bout du tour d'horloge. Un pari un peu fou dont ces scouts raffolent. C'est encore mieux que les 24 heures de Louvain-la-Neuve, s'enthousiasme Clément, dont c'est la première participation. Ici, on est en pleine nature. Et puis rouler à côté des étangs c'est bien plus sympa. On ne se croirait vraiment pas à Bruxelles.

Venus de toute la Belgique, 112 sections étaient présentes à cette 17e édition des 24 heures à vélo du Bois de la Cambre, soit 18 de plus que l'an dernier. De Liège, Charleroi, Gand, Tournai, Bruxelles, etc., tous se sont amusés comme jamais. Seules les sections d'Anvers étaient un peu moins représentées, période d'examen oblige.

Côté résultats, les troupes d'Uccle ont fait un véritable carton. Chez les garçons, la troupe Saint-Marc emporte le challenge haut la main avec 309 tours. La troupe Saint-Anne, toujours d'Uccle, termine deuxième avec 300 tours, talonnée de près par la troupe Rozaire, toujours basée à Uccle, avec 299 tours. Même scénario chez les filles, où la compagnie Saint-Marc termine en tête des 24 heures. Elle est suivie par la compagnie Schraa d'Ixelles et celle de l'Eclair de Laeken.

Quant aux vélos folkloriques, c'est la troupe d'Andenne qui s'est fait remarquer avec un vélo de forestier. De tous les vélos décorés, les juges ont préféré celui du poste de Sainte Croix, basée à Watermael-Boitsfort, et décoré à la mode du Seigneur des Anneaux de Tolkien. Rendez-vous l'année prochaine.