bruxelles Depuis qu’elle a mis un terme à sa carrière, Nezha Bidouane suit l’athlétisme de près, même si elle fréquente peu les stades. “On voit mieux à la télé. Et puis, après 19 ans comme athlète, je n’arrive pas à rester simple spectatrice lorsque je suis dans un stade.” Et elle a un œil attentif sur la carrière des Borlée, qui s’alignent tous deux sur 200 m, ce dimanche, à Rabat, sa ville d’origine. “Ils sont aussi sur 400 m et ce sont de grands athlètes. Et puis, voir deux frères réussir sur la scène internationale, ce n’est pas donné à tout le monde.” Nezha Bidouane espère que l’athlétisme marocain retrouvera vite ses lettres de noblesse. “Pour l’instant, nous ne sommes pas contents de nos résultats. Mais le Maroc est un pays jeune et la nouvelle génération arrivera bientôt. J’espère voir de nouveaux talents émerger car le Maroc fait tout pour former au mieux ses athlètes.” La preuve avec le meeting Mohammed VI. “C’est très important pour l’histoire d’abord. C’est aussi très important pour les jeunes athlètes marocains de se frotter au niveau international. Ça n’existait pas à mon époque et j’aurais rêvé de prendre part à une telle compétition dans mon pays.”

S.St.