Au bout du conte. Le duo Jaoui-Bacri toujours aussi efficace dans l’humour mais sans réelle surprise

RÉSUMÉ. Mais que se passe-t-il pour les princes et princesses lorsque se referme le livre de contes de fées ? “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants” ? Pas si sûr. Dans la réalité, les grands méchants loups peuvent se révéler aussi séduisants que cruels, les mômes cauchemardesques, les gentes dames bien naïves, les belles-mères hyper-reliftées et les chevaliers pas si droits que ça dans leurs bottes sur leur mobylette.

(((;;

NOTRE AVIS. Les contes de fées défaits, revisités par le duo Jaoui-Bacri (au scénario et devant la caméra), voilà qui ne peut que susciter d’énormes attentes. Les deux éternels indignés n’ont pas leur pareil pour montrer l’envers du décor à travers des personnages désabusés et des dialogues d’une irrésistible justesse. Surtout lorsque Jean-Pierre Bacri reprend avec brio son rôle d’indécrottable grincheux qui ne croit plus en rien du tout alors que son ex-compagne, elle, se lance avec enthousiasme dans “tout ce qui fait du bien”, de la voyance aux médecines parallèles.

Inspirés, les deux compères inversent les grands classiques (le jeune Sandro perd sa chaussure au bal des princes après être tombé sous le charme de la fille d’un PDG ), font de Wolf (Benjamin Biolay) un critique musical qui collectionne les filles et les CD, transforment Le Petit Chaperon Rouge en une oie tendre facile à manipuler, et profitent des événements les plus banals de la vie pour démontrer à quel point les récits de notre enfance nous ont façonnés de manière parfois ridicule.

Loin de se contenter de cet exercice de style entrecoupé par des effets de peinture, ils montrent avec cynisme les bons et mauvais côtés du couple, de l’amitié, de l’ambition, de la croyance ou de la rationalité. Autant de points à mettre à leur crédit. Et pourtant, Au bout du conte ne séduit pas totalement. Par la faute d’une mise en scène fourre-tout, aux trop nombreuses digressions, de développements trop lents et d’une absence étonnante d’effets de surprise. Le duo reste bien sagement sur ses rails, avec toute l’efficacité humoristique que cela suppose mais aussi une nette impression de déjà vu. On sort donc mi-figue mi-raisin de cette comédie aigre-douce, agréable mais pas aussi enthousiasmante qu’espéré.

P.L.

Au bout du conte

Comédie

Réalisé par Agnès Jaoui

Avec Agnès Jaoui, Agathe Bonitzer, Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Benjamin Biolay

Durée 1h52