La police marocaine a informé la police belge que le casse du siècle à l’aéroport de Bruxelles avait rapporté huit fois plus qu’annoncé

BRAQUAGEZAVENTEM Le butin du braquage du 18 février sur le tarmac de Brussels Airport n’est pas de 37 mais de 300 millions d’euros.

C’est ce qu’affirment les services d’enquête marocains pour lesquels le secteur anversois du diamant aurait minimisé le montant “pour des raisons commerciales”.

Une commission rogatoire vient de rentrer du Maroc – d’où, selon les enquêteurs belges, tout fut organisé.

Pendant une semaine, les Belges ont échangé leurs informations avec leurs collègues marocains. Il s’en est suivi des perquisitions qui devaient conduire à l’interpellation d’un suspect principal.

Au parquet de Bruxelles, Jean-Marc Meilleur confirme le déplacement belge au Maroc. Le suspect principal n’a pas été interpellé. Mais selon le parquet, le juge d’instruction parle en effet “d’éléments intéressants”.

L’un d’eux, selon nos infos, est que les Belges ont appris des Marocains que le butin serait beaucoup plus important qu’annoncé officiellement.

Selon l’Antwerp World Diamond Centre, (AWDC) la valeur des diamants dérobés s’élevait à 50 millions de dollars ou 37 millions d’euros.

Le 5 avril, les Marocains ont informé noir sur blanc les Belges que les 120 colis dérobés le 18 février ne contenaient pas 50 millions de dollars de diamants mais 300 millions d’euros : huit fois plus.

Jean-Marc Meilleur confirme que l’info se trouve en effet dans le dossier, et est actuellement analysée, évaluée.

Ce qui est sûr, c’est que, dans l’enquête, les infos venues du Maroc ont jusqu’à présent toujours pesé lourd : ce sont les Marocains qui ont mis les Belges sur la piste de Marc Bertoldi, toujours détenu à Metz.

Bertoldi qui nie mais est clairement mis en cause, par exemple, par l’homme d’affaires suisse de Genève, Pascal Pont, chez qui des diamants provenant du casse ont été retrouvés (avec certificats GEM prouvant l’origine).

L’Antwerp World Diamond Centre nie le montant de 300 millions d’euros indiqué au Maroc : “Quand j’ai demandé à combien s’élevait le butin, on m’a répondu : 37 millions d’euros. Pour moi, ce montant n’a pas changé et est toujours d’actualité”, répond la porte-parole Caroline De Wolf.

Sept suspects sont détenus à Bruxelles, dont deux ont obtenu hier un résultat en Cour de cassation : Me Olivier Martins qui défend Aïssa El H. a pu prouver qu’il y avait eu une terrible maldonne au niveau des écoutes téléphoniques.

Selon la police, c’était son client que l’on entendait parler d’“or et de diamants”.

En fait, la police se serait trompée de locuteur et, en se trompant, accusé à tort le client de Me Martins, dont la confirmation du mandat d’arrêt a été cassée. Mais Aïssa El H. reste pour autant détenu.

Gilbert Dupont