Les vols de métaux toujours en hausse alors que des élèves de Charleroi ont une solution partielle

SOCIÉTÉBRUXELLES Les vols de métaux ont fortement augmenté ces cinq dernières années. 5.529 vols ont été recensés en 2012 contre 3.650 en 2008, soit une augmentation de 44 %, selon le Syndicat neutre pour indépendants.

Et cela malgré l’obligation d’identification des vendeurs de métaux imposée il y a deux ans. Il semble évident que les voleurs n’onr aucune difficulté à revendre leur magot à l’étranger, là où aucune identification n’est demandée.

La présidente du Syndicat neutre pour indépendants souhaite “une approche européenne qui oblige tous les États membres à appliquer les mêmes règles”.

L’évolution est quasi proportionnelle à celle du prix du cuivre. Ainsi, une forte baisse des vols (1.622) a été constatée en 2009 alors que le prix du cuivre avait fortement chuté. Mais si le cuivre fait partie des métaux les plus recherchés avec près de la moitié des cas, le fer, la fonte et l’aluminium ne sont pas en reste. Charleroi est la commune la plus touchée, devant Anvers et Gand.

Alors que les voies ferrées sont les deuxièmes types de lieux les plus touchés (21 % en 2012) après les chantiers (33,5 % en 2012), des élèves du Collège technique de Charleroi ont peut-être trouvé une solution : un système de détection et d’alarme contre les vols de câble de la SNCB. Celui-ci consiste en un système électronique qui envoie un signal électrique dans la boucle de terre, puis est récupéré et analysé. Ceci permet de détecter quand une portion de câble est sectionnée et d’envoyer un signal d’alarme chez Infrabel, le gestionnaire du réseau.

Les élèves ont reçu un prix de la SNCB : 4.000 euros et un voyage à Londres pour quatre d’entre eux.

E. St. (St.)