Un monument brainois en hommage à sept aviateurs anglais

BRAINE-L'ALLEUD Le 31 mars 1944, vers 3 h 30, un bombardier Lancaster II s'est écrasé dans le bois de Sept Fontaines, la cabine s'écrasant sur la grange de la ferme Tout Lui Faut. Tout l'équipage est tué: on retrouve les corps de sept aviateurs anglais du 115e escadron de la RAF. Avant que l'appareil touche le sol, certains ont tenté de sauter en parachute mais ils se trouvaient déjà à trop basse altitude.

Ronald Thomas (20 ans), Dennis Atkinsons (21 ans), Robert Taylor (20 ans), James Kensett (24 ans), Frank Hawksorth (22 ans), Harry Hendrick (28 ans) et Peter Jack (26 ans) étaient partis à 22 h 33 de la base de Witchford, en Angleterre, pour bombarder Nuremberg, en Allemagne. C'est au retour que le bombardier, pour une raison qui reste aujourd'hui inconnue, a dévié de son itinéraire et a été pris en chasse par un chasseur de nuit allemand.

A bord de celui-ci, le pilote Hans Zeidler a fait mouche: son tir a fait exploser le bombardier en vol. Les sept aviateurs en étaient à leur toute première mission. Ils ont été enterrés au cimetière militaire d'Evere.

Pour se souvenir de cet événement terrible, des enfants de plusieurs écoles primaires brainoises étaient hier sur les lieux, en compagnie de militaires et de la famille des victimes. Un monument d'hommage aux héros a été dévoilé dans un chemin de champ, au bout de la rue du Cuisinier.

«Au-delà du devoir d'histoire et de mémoire, il faut garder à l'esprit combien l'avenir et le présent restent fragiles, a rappelé sur place le ministre de la Défense, André Flahaut. Le prix de la liberté, c'est de demeurer en alerte et de lutter contre toutes les formes d'intolérances.»

Devant les enfants qui avaient participé à différentes activités aux côtés des militaires et s'apprêtaient à prendre le départ d'une marche, le frère d'un des aviateurs a pris la parole. Emu, il a lu un poème retrouvé dans le portefeuille du défunt.

© La Dernière Heure 2005