Entre idée d’acronyme et réflexions sur son contenu (moderne ? contemporain ?), le musée plonge dans le canal

MUSÉEBRUXELLES Second gros morceau des accords d’Ostende et second gros morceau des débats d’hier, le musée d’Art moderne suscita, à son tour, son lot de réflexions.

Parions nos godasses que la suggestion d’Annemie Maes tombera dans les oubliettes parlementaires ! Avec humour (et sérieux !), la députée Groen osa un nom pour le flamboyant édifice promis au canal : “Il y a le Mac’s au Grand-Hornu. Pourquoi n’y aurait-il pas, à Bruxelles, un Mack ? En français, ça fait musée au Canal, musée d’Art contemporain; en néerlandais, Aktuele Kunst.”

L’appellation de l’entité muséale, c’est une chose. Divers membres de l’assemblée en privilégièrent toutefois le fond. “Il semblerait que le choix d’implantation n’ait pas été préalablement concerté”, remarqua Didier Gosuin, le chef de groupe des FDF. À ce propos, “les dés sont-ils jetés ?”, questionna le saint-gillois Alain Hutchinson (PS), en demandant si d’autres lieux avaient été envisagés.

Alors qu’un Benoît Cerexhe applaudit à deux mains la décision de construire ce temple, un autre CDH, Hamza Fassi-Fhiri, s’avoua moins franc du collier. “Qui le payera ?”, posa l’ex-échevin de la Culture de la Ville. “Mais, surtout, quel en sera le contenu ? Contemporain (plus rassembleur) ou moderne (davantage axé sur les galeristes et collectionneurs) ? Un choix à faire en amont de votre décision...”

La zone du canal. Ce lieudit sera, définitivement, hôte de l’écrin. Où ? Nous avions osé le pari du quai Barthélémy. “La localisation sera arrêtée en juillet !”, s’est cantonné à répliquer Rudi Vervoort, hier vers 16 h, au termes de papotes incessantes. Y construira-t-on ? Y investira-t-on dans un site existant ? “Toutes les options sont ouvertes.”

G. Be