Happiness therapy. Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert De Niro (mais oui !) sont juste épatants

DRAME ROMANTIQUE HAPPINESS THERAPY RÉSUMÉ. Au sortir de l’institut psychiatrique, Pat n’a qu’une idée en tête : reconquérir sa femme. Au grand dam de ses parents. Mais comme il n’a plus le droit de l’approcher, il doit quémander l’aide de Tiffany, elle-même bipolaire et récemment sortie du même type d’établissement. En dépit de leurs grandes divergences de caractère, elle n’accepte qu’à une seule condition : que Pat soit son partenaire pour sa grande obsession à elle, un concours de danse.

((((;

NOTRE AVIS. Mais qui a eu l’idée débile de traduire Silver Linings Playbook en Happiness therapy pour les spectateurs francophones ? On veut bien comprendre que la traduction littérale ( Le bon côté d’un recueil des équipes de football américain ) était indigeste. Mais pourquoi choisir un autre titre en anglais pour le remplacer ? C’est d’autant plus ridicule qu’il s’agit d’un vrai petit bijou qui se joue astucieusement des codes de la comédie romantique, du drame familial, du film sur le sport et de l’étude psychologique.

Le réalisateur de Fighter et des Rois du désert, David O. Russell, réalise même l’exploit de recadrer complètement Robert De Niro, de l’empêcher de cabotiner comme il le fait trop souvent et de lui offrir un rôle magnifique de père complètement accro aux paris sportifs. Quel bonheur de constater que le grand Bob n’a rien perdu de son incroyable talent. Et de voir l’épatant Bradley Cooper et la décidément impressionnante Jennifer Lawrence (oui, l’héroïne d’Hunger Games, qui vient d’ailleurs d’être oscarisée pour sa performance) se mettre au diapason et livrer des performances subtiles, tout en retenue. L’un et l’autre trouvent un bel équilibre entre les problèmes psychiatriques de leurs personnages, leurs obsessions et des comportements parfaitement maîtrisés en dehors des crises. Il se dégage d’eux une force inouïe, une volonté inébranlable et, en même temps, une immense faiblesse qui confine parfois à la détresse.

Impossible de ne pas se passionner pour ces deux êtres cassés par la vie, d’une humanité folle, persuadés que seul l’amour peut les reconstruire, même s’ils ne parlent pas du même amour et parfois perdus dans leurs obsessions contradictoires.

Le sujet pourrait se révéler lourd ou sirupeux, mais David O. Russel a le bon goût d’y inclure de nombreuses situations cocasses (les joggings), des rôles secondaires fabuleux (outre De Niro, un Chris Tucker éblouissant en copain gentiment barjot), des clins d’œil aux classiques de la danse (Fame, La fièvre du samedi soir), des bouderies enfantines, des espoirs fous et ces 1.001 loufoqueries de la vie qui rendent les protagonistes plus qu’attachants, émouvants. C’est tellement beau, réjouissant, revitalisant qu’on ne peut que vous le conseiller très chaudement.

Patrick Laurent

Happiness therapy (Silver Linings Playbook)

Drame romantique

Réalisé par David O. Russell

Avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Julia Stiles, Chris Tucker

Durée 2h02

Ce film subtil, drôle, surprenant, possède le don de redonner le moral et de mettre de bonne humeur. dr